Facebook Chantal Cyr (gauche) pose avec sa fille Carolanne et son mari Denis sur une photo non datée.

Toujours sous le choc, des employés de l’entreprise où travaillait la mère de famille abattue à Pointe-aux-Trembles dans la nuit de dimanche à lundi amassent des fonds pour les proches de la disparue.

Chantal Cyr, victime présumée de Frédérick Gingras, était contremaîtresse depuis 14 ans pour J.E. Lortie, une entreprise de fabrication d’équipement de sécurité située dans Hochelaga-Maisonneuve.

«Elle était très travaillante et aimait son travail», affirme la responsable des ressources humaines de l’entreprise, Christiane Babin.

Sachant qu’elle laisse dans le deuil sa fille – qu’elle venait chercher la nuit où elle a été abattue  – et son mari, ses collègues ont lancé une campagne de financement en ligne sur le site GoFundMe, mercredi.

«C’est comme si on venait de perdre un membre de la famille.» – Christiane Babin

La nouvelle de la mort de Mme Cyr a rapidement ébranlé la vingtaine d’employés de J.E. Lortie, petite entreprise centenaire «où les employés sont proches l’un de l’autre».

«Des employés s’en doutaient parce qu’ils savaient que sa fille travaillait à l’intérieur de la station-service, et ils ont fait le lien en entendant que la victime était une mère de 49 ans qui allait chercher sa fille après travail, raconte Mme Babin. Alors en arrivant lundi matin, ils se demandaient tous si quelqu’un avait eu des nouvelles de Chantal au travail. Sur l’entrefaite, son mari a appelé pour nous annoncer la nouvelle.»

«Oh mon Dieu, ça pleurait. Tout le monde était sous le choc.» – Christiane Babin

Frédérick Gingras, 21 ans, a été formellement accusé, mardi, du meurtre au premier degré de Chantal Cyr et de James Jardin. Il a aussi été inculpé de deux tentatives de meurtre perpétrées la même nuit. Le jeune homme au lourd passé criminel et aux prises avec des problèmes de santé mentale doit subir une évaluation psychiatrique afin de déterminer s’il est apte à subir son procès.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!