CIAM Le projet de 150 M$ engendrerait plus de 600 emplois en phase de construction, puis une vingtaine en phase d’exploitation.

Une séance publique est prévue le 22 janvier prochain au sujet d’un projet de terminal de carburant aéroportuaire à Montréal-Est.

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a annoncé vendredi que sa commission d’enquête commencera la première partie de son audience concernant le projet du consortium de compagnies aériennes CIAM.

La première séance publique doit avoir lieu à 19h au Centre communautaire Roussin, dans le secteur Pointe-Aux-Trembles de Montréal. Elle sera suivie d’autres séances, selon les besoins du public et de la commission, dit le BAPE.

Les citoyens qui voudraient déposer un mémoire ou faire une présentation verbale en séance doivent exprimer leur intention au BAPE d’ici le 16 février prochain.

D’après le calendrier de son mandat, la commission doit remettre un rapport au ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec au plus tard le 22 mai prochain.

Le rapport doit ensuite être publié dans les 15 jours suivants.

Présenté une première fois en 2015, le projet de la CIAM comprend l’aménagement d’un quai de transbordement en bordure du fleuve St-Laurent, celui d’un site de chargement de wagons-citernes et de camions-citernes, la construction de cinq à huit réservoirs de kérosène d’une capacité totale de 160 million de litres et celle d’un pipeline d’environ sept kilomètres, qui serait connecté à un pipeline existant.

Vue aérienne du site 2 du projet

Selon ses promoteurs, le terminal est nécessaire afin d’avitailler, de façon plus fiable, plus écologique et sur une plus courte distance, un nombre croissant de vols partant des aéroports Pierre-Elliott-Trudeau à Montréal, Pearson à Toronto et Macdonald-Cartier à Ottawa.

Le projet d’environ 150 M$ inquiète plusieurs résidents, groupes de résidents et groupes environnementaux en raison de la proximité de résidences, de craintes de déversement, d’accidents ferroviaires et d’effets cumulatifs sur la qualité de l’air dans ce secteur industriel, ainsi que des antécédents du pipeline existant auquel le projet se connecterait.

Le consortium espère lancer les travaux vers la fin de l’année et mettre le terminal en service en 2021.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!