Le Pointelier Mathieu Giroux a été exclu de l’équipe nationale. Patinage de vitesse du Canada a retiré son nom de la liste publiée sur son site Internet, en décembre.

L’organisation a pris cette décision, car le médaillé olympique a refusé de déménager à Calgary pour s’entraîner avec l’équipe canadienne, afin de terminer ses études en pharmacologie, à l’Université de Montréal. N’ayant aucun établissement scolaire à Calgary qui pourrait lui permettre de poursuivre sa formation tout en s’entraînant – le plus près étant à Edmonton –, il aurait dû renoncer à son diplôme.

Ce retrait n’empêche pas l’athlète de participer aux Olympiques de 2014. Toutefois, il perd son allocation mensuelle de 2000 $ et son accès aux médecins ainsi qu’aux thérapeutes de l’équipe. De plus, il doit maintenant débourser lui-même les coûts des courses auxquels il prend part.

Mathieu a tout de même affirmé qu’il ne renoncerait pas aux prochains championnats du monde et aux Jeux olympiques. Il participera aux essais nationaux, qui auront lieu en janvier, à Calgary.

La politique

le gouvernement fédéral a décidé de ne pas s’ingérer dans le dossier, au grand désespoir de l’opposition.

Le ministre responsable des sports, Bal Gosal, refuse d’annuler la décision de Patinage de vitesse Canada. Il explique qu’il vaut mieux laisser le soin aux organisations sportives de préparer les athlètes aux compétitions.

Selon le porte-parole du Nouveau parti démocratique (NPD) en matière de sports, Matthew Dubé, cette décision pourrait décourager les futurs sportifs.

« Les jeunes athlètes qui représentent le Canada aux Jeux olympiques ne devraient pas avoir à faire une croix sur leurs études et par le fait même sur leur carrière professionnelle après la compétition. Nos athlètes amateurs doivent rapidement planifier leur vie après le sport, indique M. Dubé. Nos programmes sportifs devraient pouvoir permettre de concilier sport et études et je crains que cette décision n’envoie un mauvais message à nos jeunes », a-t-il indiqué par voie de communiqué.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!