Des couleurs méditerranéennes seront au programme de Ces fameux fantômes, une adaptation libre en arménien de l’œuvre de l’Italien Eduardo De Filippo. La troupe de théâtre Hay Pem, de l’association culturelle Tekeyan de Saint-Laurent, accueille des acteurs de tous horizons, incluant des réfugiés syriens récemment arrivés.

Certains montent sur scène pour la première fois, mais ils ont, en quatre mois de pratique, acquis tout le professionnalisme nécessaire pour tenir les spectateurs en haleine, comme a pu le constater TC Media lors de la première le 30 avril.

Ils sont une quarantaine, sur scène ou en coulisse, pour raconter l’histoire de Pasquale et Maria, invités à déménager dans un palais de 18 pièces qui a la réputation d’être hanté.

La comédie côtoie le drame, avec une dose d’histoire d’amour et de fantasmagorie. «Toutes les choses que l’on voudrait faire dans la vie, on a la possibilité de le faire sur scène», explique en arménien Arpy Soghomonian, qui joue le rôle de Maria, ajoutant «j’adore le théâtre» en français.

Mme Soghomonian suit des cours de francisation depuis son arrivée de Syrie en juillet, mais elle a déjà participé à une douzaine de productions dans son pays d’origine et au Liban. Son compatriote, Nerses Khatchoyan, avait de l’expérience, mais dans d’autres disciplines.

«C’est la première fois que je suis acteur, mais je suis déjà monté sur scène pour chanter, indique-t-il. Ce sont des sensations différentes, mais c’est excellent.» Celui qui joue le rôle d’Alfredo, l’amant de Maria, donne d’ailleurs une touche de comédie musicale à la pièce, avec plusieurs chansons en italien.

Mélange linguistique
Réunis par leur passion pour le théâtre, la troupe rassemble aussi ces amateurs aux horizons variés autour de l’arménien.

«C’est une manière de garder notre langue bien vivante, souligne l’acteur principal, Rafael Khatchadourian. On joue des pièces d’auteurs de différentes nationalités, pour nous permettre parler aux autres groupes ethniques.»

M. Khatchadourian, qui fait partie de la troupe depuis trois ans, a suggéré le texte à la metteuse en scène, Nancy Issa Torosian. «C’est un dramaturge italien qui n’est pas très connu en Amérique du Nord, mais quand même assez profond dans sa comédie», indique celui qui joue Pasquale

Pour les non-arménophones peuvent suivre les sous-titres en français, projetés à droite de la scène. Si quelques mots sont manqués, il est toujours possible d’en profiter tant les émotions des acteurs sont communicatives.

Quatre décennies de théâtre
Voilà 40 ans que la troupe évolue au sein de l’association Tekeyan, établie depuis les années 1960 à Montréal. Cette année marque un tournant important, selon le président Arto Manoukian, car leurs pièces sont jouées en dehors de Saint-Laurent.

«Après avoir joué en Ontario et en Égypte la saison passée, nous avons des invitations de Détroit, New York et Los Angeles, mais nous avons la problématique des visas pour les cinq réfugiés syriens, au moins les trois qui sont sur la scène», précise-t-il.

Pour cette raison, la troupe Hay Pem devra probablement refuser l’invitation. Ces fameux fantômes sera tout de même à l’affiche à la mi-mai au Collège Beaubois, à Pierrefonds.

14 mai à 19h30 et 15 mai à 19h au Théâtre Beaubois au 4901, rue du Collège Beaubois à Pierrefonds. Billets et informations: 514 747-6680.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!