Isabelle Bergeron/TC Media Alan DeSousa sollicite la nomination libérale dans la circonscription de Saint-Laurent, avec l'appui des conseillers de l'arrondissement Aref Salem, Michèle D. Biron, Maurice Cohen et Francesco Miele.

Le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, briguera le siège de Stéphane Dion. Lors d’une annonce au YMCA de la rue Décarie, vendredi, il a confirmé son intention d’être candidat à l’investiture du Parti libéral du Canada dans Saint-Laurent. Il demeure maire et s’assurera de la meilleure transition possible pour les Laurentiens.

«Comme maire, je suis extrêmement fier de ce que nous avons accompli. En tant que futur député, je veux continuer à faire progresser notre communauté. Je veux être votre voix à Ottawa et, comme je l’ai fait pour près de trente ans pour Saint-Laurent, je vais me battre pour vous», déclare M. DeSousa depuis la salle où il organisait les réunions d’information pour les locataires de Norgate depuis 1982.

La circonscription a été laissée vacante à la suite du départ de l’ex-ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, nommé ambassadeur en Allemagne et auprès de l’Union européenne. Des élections partielles auront lieu cette année.

Saint-Laurent est un château fort libéral. M. Dion, qui était en poste depuis 20 ans, avait été réélu avec 62 % des voix en 2015.

«M. Dion laisse un grand vide à remplir. Je crois que je peux faire le travail, car Saint-Laurent est ma maison», souligne celui qui réside dans le quartier depuis 44 ans.

Plusieurs personnes avaient déjà manifesté leur intérêt de se présenter à l’investiture du Parti libéral, notamment la fiscaliste Marwah Rizqy, qui s’était présentée dans Hochelaga en 2015. L’ancienne députée de Nelligan, Yolande James, briguerait également le poste, selon les informations de Radio-Canada, tout comme l’ex-dragon, François Lambert.

30 ans de politique municipale
À la tête de l’arrondissement depuis 16 ans et conseiller municipal de l’ancienne Ville Saint-Laurent dès 1990, M. DeSousa a été élu sous la bannière de l’Équipe Denis Coderre, après être passé par Union Montréal. Originaire du Pakistan, le comptable de 57 ans a notamment travaillé en fiscalité.

«J’ai une réputation, surtout une expérience concluante et reconnue pour aider les « petits gars ». Peut-être c’est parce que je suis un petit gars moi-même et je voudrais apporter cette hargne et énergie à la Chambre des Communes», ajoute M. DeSousa.

Les conseillers de Saint-Laurent lui apportent d’ailleurs tout leur soutien ainsi que le président de la Chambre de commerce de Saint-Laurent – Mont-Royal, William Habib. Des représentants de l’association libérale du secteur étaient également présents à l’annonce.

«Nous sommes entièrement dédiés à Saint-Laurent et s’engager avec M. DeSousa est une des façons de le faire», précise le conseiller du district Côte-de-Liesse, Francesco Miele.

Michèle D. Biron, conseillère de Norman-McLaren, insiste sur le côté local de la candidature. «Quand il se promène dans le quartier, ce n’est pas M. le maire et M. DeSousa, c’est Alan.»

Le maire a également l’appui de l’ancien candidat du Nouveau Parti démocratique (NPD) en 2015, Alain Ackad. «Je le connais depuis bien longtemps et je pense qu’il est le candidat idéal pour la communauté.»

La circonscription multiculturelle de Saint-Laurent, avec plus de la moitié de sa population originaire de l’extérieur du Canada, a les mêmes limites que l’arrondissement.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus