Archives TC Media La CSPÎ a effectué 23 agrandissements d'écoles de 2008 à 2016 sur son territoire.

Le maire de Montréal doit cesser de «se traîner les pieds» et fournir «de toute urgence» des terrains pour la construction de nouvelles écoles, lance Miville Boudreault, président de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ).

«Les élus connaissent tous la situation, mais nous n’avons pas de réponse. La Ville ne nous donne pas les outils pour travailler. Si elle a des terrains disponibles, qu’elle nous le dise pour qu’on commence rapidement les travaux», souligne M. Boudreault.

Ce plaidoyer est livré au lendemain de la séance du conseil municipal pendant laquelle le maire Coderre a laissé entendre que la Commission scolaire de Montréal tardait à «livrer la marchandise» dans le dossier de la construction d’une école au centre-ville, sur le site de l’ancien Hôpital pour enfants.

Le maire avait également affirmé que la Ville serait en meilleure posture pour bâtir des établissements si elle en avait le fardeau de la gestion.

«C’est bien que Denis Coderre soit au courant de la problématique d’augmentation de notre clientèle, mais il pose le mauvais diagnostic, affirme M. Boudreault. C’est aux municipalités à nous fournir les terrains et sur ce plan, nous attendons toujours les propositions de la part des autorités municipales montréalaises.»

Depuis plusieurs années, la CSPÎ connaît une forte augmentation du nombre de ses élèves. Bon an mal an, cette augmentation est l’équivalent de deux écoles primaires de 400 élèves.

Le président a fait la tournée des arrondissements et ville de son territoire cette année, afin de leur présenter la situation ainsi que les projections de clientèle au cours des prochaines années.

«Pour que la volonté exprimée par le maire Coderre soit davantage qu’une déclaration destinée à épater la galerie, la question des terrains est primordiale (…) Pour éviter un surpeuplement nuisible à la réussite scolaire, il faut maintenant envisager la construction de nouveaux établissements.»

Certaines écoles peuvent être agrandies, notamment à Pointe-aux-Trembles, Anjou et Montréal-Nord, mais il y a urgence d’agir à Saint-Léonard où la situation est critique. Alors que le président «se démène depuis un an pour trouver des solutions», celles-ci ne se trouveraient pas à porter de main.

«Nos écoles léonardoises sont au maximum de leur capacité. Nous avons besoin de terrains pour construire de nouvelles écoles et répondre à la demande. En vertu de la loi, c’est aux municipalités à nous les fournir», indique M. Boudreault.

Le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, a annoncé aujourd’hui une aide financière de 400 M$ aux commissions scolaires du Québec. Cet investissement servirait à l’agrandissement et la construction de 41 projets dans la province, dont certains dans l’est de Montréal.

La CSPÎ a déposé cinq projets d’agrandissement au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, mais elle n’a pas encore eu de réponse de la part du ministre.

TC Media a tenté de joindre le maire de Montréal dans ce dossier, sans succès.

 

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!