Archives TC Media Le conseil municipal de Montréal

Projet Montréal s’est opposé à l’octroi d’un contrat pour la réfection de terrains de balle, notamment à Saint-Léonard, lors du conseil municipal du 24 octobre.

Selon l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal, plusieurs éléments du projet soulèvent des questions et portent à croire que «dans le dossier du baseball, on est toujours sur l’accélérateur».

«Les normes qui sont mises en application dans d’autres dossiers ne l’ont pas été ici. Il n’y a pas eu de consultation publique et on n’a pas fixé des contingences à un niveau raisonnable», dénonce le conseiller de Hochelaga, Éric Alan Caldwell qui a invité ses confrères à voter contre le projet.

La ville-centre a annoncé au printemps dernier l’arrivée de deux nouveaux terrains de baseball, l’un naturel et l’autre synthétique, au parc Giuseppe-Garibaldi pour 3,2 M$. Le comité exécutif a voté pour l’octroi du contrat au début du mois d’octobre et le conseil municipal s’est penché sur le dossier le 24 octobre.

Pour l’élu de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, ce projet n’est pas une réfection, mais bien une conversion.

«Nulle part n’est-ce mentionné que ce sont des terrains utilisés pour la pratique du soccer. Pourtant, sur Google Maps on voit des jeunes y jouer au soccer. Je m’y suis déplacé et il n’y a aucun losange, but ou clôture pour le baseball. Il y a même eu une contestation citoyenne et une pétition pour y maintenir l’usage du soccer, mais il n’y a aucune trace de tout ça dans le sommaire», déplore M. Caldwell.

En juillet dernier, plus de 1000 citoyens ont signé une pétition pour conserver les terrains de soccer au parc Giuseppe-Garibaldi. L’arrondissement est actuellement en discussion avec les porte-parole pour tenter de trouver un terrain d’entente.

«Si on veut la pratique du baseball à Saint-Léonard, il nous faut avoir l’emplacement dans nos parcs. Les associations sportives locales de baseball et soccer sont pour le projet et il est important d’offrir le maximum de services à notre population dans nos espaces verts», indique le maire de Saint-Léonard, Michel Bissonnet.

Le conseiller Caldwell a également dénoncé l’utilisation de la sécurité publique pour forcer le vote en faveur du contrat.

«On y mentionne qu’il faut procéder à l’octroi du contrat dans les meilleurs délais, car il pourrait y avoir un impact sur la sécurité des usagers. Come on! On est en train de dire que si on vote contre le dossier, il y aura des conséquences sur la sécurité des citoyens, c’est un peu fort en café», lance M. Caldwell.

Un point contredit par le maire de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et responsable du développement durable, de l’environnement, des grands parcs et des espaces verts au comité exécutif, Réal Ménard.

«S’il n’y a pas de clôture ou d’arrêt balle, ça peut-être dangereux, d’où l’enjeu de sécurité publique si les travaux ne sont pas faits», souligne M. Ménard.

Pour ajouter aux questionnements de Projet Montréal, le contrat a obtenu des contingences de l’ordre de 15 % alors qu’habituellement on se limite à 10 %, souligne la conseillère d’Ahuntsic, Émilie Thullier.

«C’est dérangeant, car une seule de leur raison pour mettre la contingence à 15 %, alors que c’est seulement pour des projets exceptionnels, est valable. On a l’impression qu’on peut dire n’importe quoi pour justifier», proteste Mme Thullier.

M. Ménard n’a pas étayé sur la question, mais a indiqué qu’il rencontrerait Mme Thullier pour l’éclairer dans ce dossier.

Les travaux de conversion pour l’un des terrains du parc Giuseppe-Garibaldi commenceront au cours du mois de novembre. Le terrain de soccer sera transformé en terrain naturel de baseball au coût de 639 000$.

Le second terrain sera converti au printemps prochain au coût de 2,6 M$. Les deux chantiers s’inscrivent dans le Plan d’action baseball de Montréal 2015-2025.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus