Nicolas Ledain / TC Media La cinquantaine d’organismes communautaires de Saint-Léonard est invitée à participer à la collecte de données pour répertorier les besoins.

La fondation Mirella & Lino Saputo participe à un programme novateur qui pourrait donner un coup de main à l’ensemble des organismes communautaires de Saint-Léonard.

L’offre n’est pas encore définie, mais l’institution caritative se dit prête à proposer un accompagnement financier, logistique ou matériel à tous les acteurs communautaires de Saint-Léonard.

Les besoins de chaque organisme seront d’abord identifiés grâce à une collecte de données qui démarre dans les prochains jours.

«On sort du modèle de financement traditionnel. Les fondations veulent souvent savoir dans quoi elles investissent, nous on veut bien attendre et voir ce que cela va donner. On veut quelque chose de concret qui va faire une différence», lance Claude Pinard, le directeur exécutif de la fondation Mirella & Lino Saputo qui assure qu’aucune limite n’a été fixée pour ce programme.

Identifier les besoins
Les organismes volontaires vont recevoir la visite du pôle Ideos de l’université McGill qui a été mandaté pour procéder à la première phase de collecte de données.

«Nous avons contacté la cinquantaine d’organismes communautaires de Saint-Léonard et on va essayer de sortir un portrait des besoins dans l’arrondissement», explique Marie-Renée Lambert, qui sera en charge de cette collecte.

Des représentants communautaires léonardois se disent enthousiasmés par ce projet. «C’est la première qu’on nous demande ce dont on a besoin. On s’occupe des gens, mais on a parfois du mal à résoudre des problèmes d’organisation. Je veux les bons outils et c’est ce qu’on va m’apporter », salue Laurent Gosselin, le directeur de la maison de la famille.

Pour les responsables de ce processus innovant, il est primordial d’interroger les acteurs de terrain pour leur permettre de répondre aux besoins des habitants de Saint-Léonard. «La population s’est beaucoup transformée et cela a beaucoup transformé les organismes», explique Rachel Pouliot, la directrice générale de Concertation Saint-Léonard.

Saint-Léonard est déjà récipiendaire du Projet Impact collectif (PIC) de Centraide, qui accompagne le communautaire sur l’ensemble de Montréal, mais ce nouvel outil est complémentaire, organisationnel et personnalisé.

« On compare cela à la germination d’une fleur. On ne sait pas ce que cela va donner, mais plus on va en prendre soin, plus on va l’alimenter ensemble et plus on a de la chance que notre fleur soit belle », estime Chantal Grandchamp, l’une des responsables de Dynamo, une société qui accompagne le développement de ce programme.

Le portrait des besoins de Saint-Léonard et les propositions faites aux organismes seront présentés à la fin du mois de juin. Les premiers programmes d’aide pourraient être lancés durant l’été.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!