Photo tirée de Facebook Filomena Rotiroti a été élue députée dans Jeanne-Mance-Viger avec une avance confortable, loin des standards de son parti lors de ce scrutin

Malgré la défaite cuisante du Parti libéral, Filomena Rotiroti, élue très largement dans Jeanne-Mance-Viger, refuse d’accabler son parti et défend la campagne menée par son chef. Celle qui fut présidente du caucus du gouvernement entend jouer pleinement son rôle dans l’opposition afin de faire avancer les enjeux dans sa circonscription.

 

Face à la déconvenue électorale de son parti, Filomena Rotiroti refuse de se laisser aller dans le défaitisme et se montre positive, entreprenante, tournée vers l’avenir.

«C’est une opportunité pour le Parti libéral d’être capable de se renouveler comme on a toujours été capable de le faire, et j’ai bon espoir que dans quatre ans nous serons les prochains», assure l’élue.

Si la reconstruction du PLQ doit passer par «la capacité à aller chercher des gens qui vont se joindre à nous, prêts à rebâtir et à travailler ensemble», elle refuse d’accabler Philippe Couillard dans cette défaite et souligne, encore et toujours, son bilan.

«Notre chef est celui qui a mené le Québec là où il est aujourd’hui, et il s’appelle Philippe Couillard», soutient Filomena Rotiroti.

Certaines voix du parti se sont élevées au lendemain des élections pour définir de nouvelles orientations, notamment en matière d’écologie, mais Filomena Rotiroti n’est pas de celles-ci. Elle réfute tout manquement dans le programme électoral.

«On a eu de belles réalisations sur l’environnement. Même Al Gore a reconnu le leadership de Philippe Couillard en la matière», souligne-t-elle.

Avec 24,82% des voix à l’échelle de la province, et la perte de 38 circonscriptions, le Parti Libéral du Québec a pourtant enregistré une défaite cinglante.

La députée de Jeanne-Mance-Viger a son idée sur la raison de cet échec.

«On aurait dû mieux s’exprimer sur notre bilan, mieux faire valoir auprès de la population ce qu’on a fait pour le Québec», admet Filomena Rotiroti, qui souligne aussi «le vent de changement» à l’œuvre dans la province, favorable au parti de François Legault.

Concentrée sur sa circonscription

Élue avec plus de 66% des suffrages, Filomena Rotiroti  a perdu 12 points de pourcentage par rapport à son résultat de 2014. Malgré ce recul, elle remporte une victoire très confortable, loin devant ses adversaires.

Selon l’élue, cette victoire est le résultat de son «travail pour les citoyens de Saint-Léonard et de [son] implication dans le comté».

«Je vis ici, je partage les mêmes préoccupations, je suis très près de la population et je prends cette victoire comme un appui dans le travail que je fais. Je me suis battue pour les gens de Saint-Léonard, j’ai réussi à mener beaucoup de projets», détaille Filomena Rotiroti pour expliquer sa victoire.

Elle note notamment son implication dans le prolongement de la ligne bleue du métro comme un élément central de son dernier mandat.

Prudente dans ses intentions personnelles au sein du Parti Libéral du Québec et de la place qu’elle pourrait prendre dans une potentielle refonte de l’organigramme, Filomena Rotiroti préfère se concentrer sur la mission que lui ont confiée les Léonardois.

«Je vais continuer à défendre les intérêts de ma population. C’est plus difficile quand on n’est pas au pouvoir, mais M. Legault a expliqué qu’il voulait travailler avec l’ensemble de l’Assemblée. C’est donc à chacun de faire valoir les enjeux de sa circonscription. Nous allons laisser une chance à la CAQ et ce sera à la population à juger», fait valoir l’élue.

Présidente du Caucus du gouvernement à partir du remaniement du 11 octobre 2017, «une grande fierté», c’est désormais au sein de l’opposition que la députée de Jeanne-Mance-Viger va agir, face à un gouvernement mené par la CAQ, de façon majoritaire.

Le Parti du Premier Ministre François Legault dispose de 74 députés, quand le Parti Libéral du Québec en dispose de 32, Québec Solidaire de 10 et le Parti Québécois de 9.

Élue depuis 2008 – elle avait alors 34 ans – Filomena Rotiroti reconnaît «avoir appris beaucoup» durant cette décennie. «La politique, c’est un éternel apprentissage et chaque jour est un nouveau défi», révèle-t-elle.

La situation qui se présente devant elle et devant son parti en est un.

 

 

Les résultats dans Jeanne-Mance-Viger

Filomena Rotiroti (PLQ) – 66,21% – Élue

Sarah Petrari (CAQ) – 16,16%

Ismaël Seck (QS) – 8,17%

Marie-Josée Bruneau (PQ) – 5,54%

Sylvie Hétu (PVQ) – 2,07%

Sylvain Dallaire (PCQ) – 1,55%

Garnet Coly (PMLQ)- 0,31%

Taux de participation : 55,37%

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!