Quatre conduites d’eau, dont trois plus que centenaires, ont cédé entre samedi et mardi dans l’arrondissement du Sud-Ouest, transformant plusieurs rues en véritables rivières. C’est une hausse de pression à l’usine Atwater qui serait à l’origine de ces bris.

Le bris le plus spectaculaire s’est produit samedi quand une canalisation de 76 cm (30 po) a cédé à l’angle des rues Brewster et Saint-Antoine. Une image de l’incident permettant de voir un véritable geyser sortir de la chaussée a d’ailleurs été largement diffusée par les médias pendant le week-end.

Alors que les travaux de réparation de la première fuite n’étaient même pas encore terminés, trois conduites supplémentaires ont cédé en l’espace de quelques heures dans la nuit de lundi à mardi.

Les bris se sont produits sur la rue Sainte-Cunégonde, à l’angle de Vinet, sur Rose-de-Lima à l’intersection de la rue Delisle et sur la rue De Biencourt, près de Hadley. Il s’agit de conduits en fonte grise qui ont été installés respectivement en 1891, 1900 et 1906.

Réparations
Les travaux de réparation de la conduite à l’angle des rues Brewster et Saint-Antoine doivent être complétés au début de la semaine prochaine.

D’ici là, la rue Saint-Antoine est fermée entre Greene et Bélair. La rue Brewster est également impraticable entre Saint-Antoine et Saint-Jacques.

«On pense pouvoir les rouvrir lundi prochain», a indiqué le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, en point de presse, lundi après-midi.

Les travaux de réparation sont coordonnés avec Hydro-Québec et Gaz Métro, qui ont des infrastructures à cet endroit.

Cause inconnue
On ignore ce qui a causé le bris des canalisations alors que la Ville avançait mardi l’hypothèse d’une surpression dans le réseau.

Dans le cas de la canalisation à l’angle de Brewster et Saint-Antoine, l’accident est survenu alors que des travaux d’excavation sont effectués à proximité par un entrepreneur privé pour le compte d’Hydro-Québec. La ville-centre doit procéder à une analyse de la section endommagée, vieille d’une trentaine d’années.

«Nous ne sommes pas en mesure de dire s’il est en cause», indique Johanne Savard, porte-parole d’Hydro-Québec. La société d’État, qui procède à l’enfouissement d’une ligne de transport dans ce secteur, effectuera ses propres analyses.

L’arrondissement ne peut pas dire pour le moment combien coûtera la réparation. «Mais ça va être important», anticipe le Benoit Dorais.

Quant à savoir qui épongera la facture, tout dépendra des résultats de l’enquête. «On verra qui assumera selon les responsabilités», mentionne le maire.

Neuf logements de la rue Brewster ont été touchés par des inondations. Les résidents évacués samedi ont pu réintégrer leur domicile.

Les sinistrés ont 15 jours à partir de la date de l’incident pour envoyer un avis de réclamation à la Ville de Montréal.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!