Photo: TC Media - Archives Les patients devront tout de même continuer à acquitter certains frais, notamment pour faire remplir des formulaires administratifs.

La Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles, qui réclamait depuis plusieurs années l’abolition des frais accessoires en santé, applaudit la fin de cette facturation, tout en notant que les patients devront continuer à payer pour certains services.

«Depuis plus de cinq ans, nous disons que les patients ne doivent pas payer de frais supplémentaires. Ces coûts doivent être intégrés à la rémunération des médecins», rappelle Stéphane Defoy, organisateur communautaire à la clinique.

On parle notamment de frais exigés pour payer des médicaments dans le cadre d’un acte assuré par le régime public, tels des agents anesthésiques et des gouttes ophtalmiques.

«C’est un commerce lucratif, souligne M. Defoy. Un médecin peut facturer de 20$ à 40$ pour une goutte ophtalmique alors que ça vaut 20 cents.»

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé que dès janvier, les frais pour les soins couverts par la Régie de l’assurance maladie seront abolis.

Ces frais représentent une somme annuelle de 85 M$ que les médecins absorberont à même leur rémunération.

L’organisateur communautaire redoute que ces derniers ne demeurent pas les bras croisés face à cette perte financière. Selon lui, ils chercheront des moyens pour récupérer cette somme.

«Notre crainte, c’est que ça va ouvrir la porte aux fédérations de médecins pour désassurer de plus en plus de soins», avance-t-il.

La clinique communautaire s’est associée en juin à un recours juridique contre les frais visant le gouvernement provincial, le ministère de la Santé et des Services sociaux, la Régie de l’assurance maladie du Québec et des cliniques.

Des frais maintenus
Les patients devront tout de même continuer à acquitter certains frais. Ce sera le cas pour le transport d’un échantillon d’urine ou sanguin entre une clinique médicale et un hôpital, qui peut coûter une quinzaine de dollars.

«Il y a plein d’autres frais désassurés, dont les formulaires administratifs. Un bilan de santé par écrit, à la suite d’un examen médical, peut être facturé jusqu’à 120$», indique Stéphane Defoy.

Il donne aussi en exemple le renouvellement d’une ordonnance qui peut coûter entre 15$ et 25$ et la somme variant de 50$ à 80$ exigée par un médecin pour remplir le formulaire de la Société de l’assurance automobile du Québec.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus