TC Media/Félix O.J. Fournier Deux résidences, dont une sur la rue Eadie, dans le quartier Côte-Saint-Paul, ont été ciblées par des perquisitions.

Les cinq personnes arrêtées à Laval et dans le quartier Côte-Saint-Paul à Montréal dans le cadre du démantèlement d’un réseau de trafic de cocaïne ont comparu au palais de justice de Laval jeudi, sous une kyrielle de chefs d’accusation liés aux stupéfiants.
Jesse Daoust, 37 ans et Steve Loyer, 29 ans, resteront détenus jusqu’à leur enquête sur remise en liberté qui aura lieu le 29 décembre.
Quant à eux, Pierre-Luc Frappier, 36 ans, Stéphanie Frappier, 40 ans et Suzanne Pichette, 53 ans, ont été remis en liberté en attendant la suite des procédures.
Les individus sont notamment accusés de trafic de stupéfiants, possession de cannabis, possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic, possession d’amphétamines en vue d’en faire le trafic, bris de probation, complot et entreposage illégal de munitions. Les faits se seraient déroulés en octobre, novembre et décembre de cette année.

Conditions
Des conditions de remise en liberté ont été imposées aux trois accusés qui ne sont pas demeurés incarcérés. Ils ont dû acquitter des dépôts de 800$ et 1000$, faire la promesse de garder la paix et d’avoir une bonne conduite. De plus, ils devront respecter un couvre-feu entre 21:00 et 07:00 heure, ne pas communiquer avec les coaccusés sauf en présence de leurs avocats ainsi que ne pas avoir des armes, cellulaires et téléavertisseurs en leur possession.
Suzanne Pichette, Jesse Daoust et Steve Loyer reviendront en cour le 29 décembre; Pierre-Luc et Stéphanie Frappier reviendront pour leur part le 17 mars 2017.

Plaidoyer refusé
Lors de son apparition dans le box des accusés, bien qu’il n’ait consulté aucun avocat, Jesse Daoust a voulu plaider coupable, ce que la juge Lise Gaboury a refusé. « Je veux plaider coupable tout de suite; c’est moi qui a tout fait, libérez ma femme et mon beau-frère, ils n’ont rien à voir là-dedans » s’est exclamé Daoust, référant à Stéphanie et Pierre-Luc Frappier. La juge a refusé de recevoir le plaidoyer de culpabilité avant que l’accusé n’ait consulté un avocat. Son dossier fut suspendu brièvement, le temps qu’il parle à un avocat, puis il plaida non coupable à son retour.
Lors de leur frappe mercredi à Montréal et Laval, les policiers ont saisi 245 grammes de cocaïne, soit l’équivalent d’environ 25 000$, quelques centaines de comprimés d’amphétamines, du cannabis, près de 2500$, un poing américain et un véhicule Ford Edge 2014.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus