400 personnes des quatre coins du Québec ont pris d’assaut les rues des quartiers Saint-Henri, Petite-Bourgogne et Pointe-Saint-Charles afin de manifester contre la réforme d’aide sociale prévue dans le projet de loi 70 du gouvernement provincial, mercredi après-midi.

Ils ont scandé des slogans dénonçant l’administration Couillard et la situation déjà précaire des Québécois recevant de l’aide sociale. «À chaque mois: manger ou payer le loyer?», pouvait-on lire sur une des nombreuses pancartes tenues par la foule.

La manifestation organisée par la Coalition Objectif Dignité, qui réunit une vingtaine de groupes militant pour les droits des assistés sociaux, s’est déroulée dans le calme. L’ambiance de la marche étant tout sauf festive, la colère des participants était bien sentie en cette 44<V>e<V> semaine de la dignité des personnes assistées sociales.

Aucune arrestation ou confrontation avec les multiples policiers sur place n’ont eu lieu.

En faire plus
Les organisateurs de l’événement ont tenu à souligner qu’ils désirent que le gouvernement redouble ses efforts pour aider à sortir les personnes de la pauvreté plutôt que de réduire les prestations pour ceux qui sont aptes à travailler et refusent un emploi «convenable».

«Quand on se trouve dans une situation de détresse, ce ne sont pas des menaces dont nous avons besoin, mais de l’aide», dit le porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Serge Petitclerc, qui craint que la réforme devienne une fabrique à itinérance et la criminalité.

Ses collègues ont aussi mis de l’avant le fait que leurs revendications ne dataient pas d’hier.

«C’est aberrant que dans une société aussi riche que la nôtre, nous devons répéter le même discours année après année. Il y a déjà une incapacité de vivre et survivre sur l’aide sociale et il y aura désormais une précarité encore plus grande», dénonce la porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), Émilie Joly.

La mobilisation de la Coalition Objectif Dignité contre le projet de loi 70 se poursuivre à l’automne.

Le projet de loi 70 en bref

  • Adopté par l’Assemblée nationale en novembre 2016.
  • Les demandeurs d’aide sociale jugés aptes à travailler qui refusent d’entreprendre un parcours de recherche d’emploi voient leur prestation mensuelle chuter de 628$ à 404$.
  • Une bonification à la prestation de base de 250$ par mois est accordée pour les personnes qui acceptent un travail et le maintiennent pour une durée minimale de 12 mois.
  • Selon le ministre de l’emploi et de la solidarité sociale, François Blais, le projet favorise l’intégration rapide sur le marché de l’emploi afin et réduit le nombre de prestataires d’aide sociale.
  • Il permettra au gouvernement provincial d’économiser 40 à 50 millions $ par année.

Aussi dans Actualités :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!