(Photo: TC Media – Justine Gravel) À l'approche de la saison hivernale, ce seront surtout des aliments congelés qui se retrouveront dans le frigo communautaire.

Constatant le besoin de bien s’alimenter chez certains résidents de Saint-Henri et le gaspillage fait par d’autres, trois citoyens du Sud-Ouest ont décidé de faire d’une pierre deux coups en instaurant le premier frigo communautaire dans le quartier, sur la rue Acorn. Gabrielle Larson, Darren James Gerbrandt et Dean Dragon Houde proposent aux gens de prendre ou d’y déposer de la nourriture au bénéfice de leurs voisins.

Dean Dragon Houde remplit chaque semaine une partie du réfrigérateur avec de la nourriture qu’il amasse en faisant du dumpster diving. Cette pratique, assez répandue sur le territoire montréalais, consiste à fouiller dans les poubelles des magasins de grande distribution et des restaurants pour en extraire des aliments encore consommables.

«C’est assez incroyable ce qu’on peut trouver! Ma ligne directrice c’est d’éviter le gaspillage», raconte-t-il, tout juste revenu de sa collecte. Le winnebago qu’il utilise pour faire sa tournée était rempli de barres de chocolat, de légumes, de cannes de soupe et même de savon à linge.

Ayant déjà mené un frigo communautaire dans Ville-Émard, le quartier où il habite, c’est lui qui a convaincu Mme Larson et M. Gerbrandt de tenir un projet similaire dans leur quartier. Comme ils ont eux-mêmes connu des problèmes financiers à une certaine époque, ils avaient envie de redonner au suivant et ont installé le frigo dans le stationnement derrière leur résidence.

Appel à la communauté
Le couple, bien connu dans la communauté, sollicite régulièrement la générosité des résidents via le groupe Facebook «St. Henri».

«Trop de gens viennent prendre de la nourriture et pas assez en donnent, c’est pourquoi je veux faire connaître le projet sur les réseaux sociaux», explique Gabrielle Larson.

Cette dernière demande des dons d’aliments spécialement lorsqu’elle a envie de cuisiner des petits plats pour le frigo communautaire. Jusqu’à présent, elle a fait de la sauce à spaghetti, du riz frit, de la tourtière et prévoit même faire des plats typiques de Noël à l’approche du temps des Fêtes.

«J’en fais 20 à 30 portions chaque fois et en 1h tout est parti! », souligne Mme Larson.

Des commerces du coin font également leur part, sans même être sollicités. C’est le cas du restaurant Uniburger qui leur a fourni de la viande hachée et des frites, et du Rustique qui les approvisionne en tartes et autres pâtisseries.

Pour Noël, le trio prévoit organiser une soirée festive où les résidents pourront manger et même boire du vin, un trésor selon M. Houde, trouvé lors d’une de ses tournées de dumpster diving.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!