(Photo: TC Media - Patrick Sicotte) Si elle a toujours été passionnée par la gastronomie, Dominique Dufour, la chef des restaurants Ludger et Magdalena dans Saint-Henri, ne pensait jamais en faire son métier.

Constatant le talent des femmes en gastronomie, mais aussi leur manque de visibilité contrairement à la gent masculine, Dominique Dufour a lancé un mouvement leur permettant de se faire connaître et de partager leur savoir culinaire. La chef des restaurants Ludger et Magdalena, dans Saint-Henri, a mis sur pied l’association des Femmes Chefs de Montréal.

De retour dans la métropole après 10 ans à l’extérieur, la chef a voulu recréer l’esprit de collaboration qu’elle avait retrouvé à Toronto, alors qu’elle travaillait pour un restaurant espagnol haut de gamme.

«Là-bas, beaucoup d’événements étaient organisés par des femmes et pour des femmes. Ici, c’est souvent le contraire, ce sont souvent les hommes qui en bénéficient. Je me suis donc dit, plutôt que de chialer, pourquoi ne pas faire la même chose», explique la jeune de femme.

De concert avec Stéphanie Audet, la chef du restaurant végétarien LOV sur la rue McGill, les deux passionnées de gastronomie ont commencé à réfléchir sur la possibilité de créer leur propre boys club.

«On a mangé ensemble et on s’est mis à griffonner sur un bout de papier toutes les femmes du milieu auxquelles on pouvait penser. De bouche à oreille, notre mouvement s’est fait connaître et l’association est née en avril dernier», se souvient Dominique Dufour. Au départ, six femmes en faisaient partie et le nombre ne cesse de croître.

Depuis, les deux partenaires ont mis sur pied la Série des femmes chefs, une compétition culinaire opposant deux femmes de l’industrie qui doivent concocter un menu de trois à quatre services à base d’ingrédients locaux.

«Les gens peuvent venir y assister et ça leur permet de découvrir de nouveaux restaurants et de nouveaux mets», résume-t-elle. Un des soupers collaboratifs a d’ailleurs eu lieu dans son restaurant, le Ludger sur la rue Notre-Dame Ouest.

(Photo: Patrick Sicotte)

Implication sociale
La collaboration du mouvement dans la cause des femmes chefs ne s’arrête pas à cette seule activité.

Dominique Dufour souhaite explorer le volet social au cours de l’année 2018, à commencer par une conférence qu’elle et sa partenaire présenteront ce week-end chez Ateliers & Saveurs dans le Vieux-Montréal, pour les personnes atteintes du FCS, un syndrome rendant difficile la digestion des sucres et des gras.

Mme Dufour souhaite d’ailleurs que l’association s’implique de plus en plus socialement afin d’aider les gens à améliorer leur qualité de vie en leur apprenant comment manger sainement malgré un budget restreint et en donnant des outils pour être en mesure de bien cuisiner.

Un milieu d’hommes
Bien qu’elle soit passionnée par son métier, Dominique Dufour ne cache pas le fait qu’être chef entraîne souvent les femmes à faire des sacrifices. «Arrivées dans la trentaine, la plupart d’entre elles arrivent à la croisée des chemins. Elles doivent souvent choisir entre la famille ou la profession», déplore-t-elle.

Les horaires atypiques rendent effectivement la conciliation travail et famille plus difficile, comme les garderies ouvertes en soirée se font rares. Maintenant âgée de 30 ans, la chef n’a toutefois pas perdu espoir de réussir à poursuivre sa carrière tout en élevant des enfants.

«J’ai encore la conviction que c’est possible de le faire et c’est certain qu’avec notre mouvement, nous allons faire notre possible pour répondre aux besoins des femmes du milieu», dit-elle.

Chef du Ludger et du Magdalena depuis cet été, Dominique Dufour ne compte pas arrêter de sitôt d’explorer les différents produits de chez nous afin de satisfaire le palais de la clientèle de Saint-Henri et des autres quartiers de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!