(Photo: TC Media - Érick Rémy) Chloé Sainte-Marie dit que Gilles Carle serait peut-être un peu gêné d’un tel hommage, mais surtout très fier d’être exposé dans la plus belle galerie d’art contemporain au Canada, selon elle.

L’œuvre picturale complète du défunt cinéaste Gilles Carle est à vendre. Cela représente 425 œuvres, toiles et dessins tous exposés à l’Arsenal, dans Griffintown. Sa muse et partenaire de vie, Chloé Sainte-Marie, souhaite qu’elles soient toutes acquises et préservées pour la postérité.

Lorsque l’on entre dans la salle principale de l’exposition Partage et Héritage, on ne peut que constater l’immensité de l’endroit. «D’avoir le corpus intégral d’un même artiste, dans un même lieu, au même moment, je crois que cela ne s’est jamais vu, mentionne Mme Sainte-Marie. Pour moi, c’est comme un journal intime. J’ai vu naître chacune d’elle. C’est touchant et émouvant».

L’héritière de Gilles Carle ne gardera pour elle qu’une petite toile de l’homme et mentor qui a partagé sa vie pendant 27 ans. «Ses œuvres, hautes en couleur, étaient pour la plupart dans un entrepôt. Je n’ai pas la possibilité de les conserver. Je veux qu’elles voyagent et aillent dans des musées», fait valoir Chloé Sainte-Marie.

Cinéma
Gilles Carle a eu une prolifique carrière de réalisateur, scénariste et producteur au cinéma. On lui doit, entre autres, La vraie nature de Bernadette, Maria Chapdelaine, La mort d’un bûcheron, Les Plouffes, La vie heureuse de Leopold Z et La postière.

«Il avait fait les beaux-arts. Il peignait pour le plaisir. Il n’a pas voulu que cette facette de son talent soit connue. S’il avait vécu au moyen-âge, puisque le cinéma n’existait pas encore, il aurait certainement été peintre», précise sa muse.

Si son nom figure déjà dans le livre de la cinématographie québécoise, il est bien possible que Gilles Carle se retrouve également aux côtés des grands de chez nous en art visuel comme Riopelle, Borduas, Fortin et Pellan.

«Ça ne fait que 10 ans que Gilles est décédé. Van Gogh non plus n’a pas eu la reconnaissance de son vivant. C’est sûr qu’il va faire partie de l’histoire de l’art», croit Chloé Sainte-Marie.

Une étude critique de l’oeuvre de Gilles Carle réalisée par l’historien d’art François-Marc Gagnon pourrait paver la voie vers cette autre reconnaissance de son talent.

«Partage et Héritage de Gilles Carles». Jusqu’au 13 avril à l’Arsenal art contemporain (2020, rue William).

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!