(Photo: Gracieuseté – ÉTS) La Dr Rachel Bouserhal reçoit le prix Mitacs, qui est remis à un stagiaire pour une idée issue d'une recherche qui est maintenant proposée sur le marché.

Chercheuse postdoctorale au Département de génie mécanique de l’École de technologie supérieure (ÉTS), Rachel Bouserhal a récemment été honorée par le CNRC-PARI pour sa contribution à la sécurité des environnements de travail. Elle a développé un algorithme permettant d’améliorer le traitement numérique du signal de la voix afin d’améliorer la communication entre les employés de sites industriels bruyants.

Le résultat de ses recherches a été commercialisé par la firme EERS Global Technologies de Montréal sous la forme du produit SonX, un protecteur auditif numérique avancé.

«Cet appareil peut être utile aux musiciens, qui doivent protéger leurs oreilles lorsqu’ils jouent ou encore aux personnes atteintes du trouble du spectre de l’autisme, qui ont de la difficulté à composer avec certains bruits ambiants par exemple», a souligné la chercheuse lors de la cérémonie de remise des prix Mitacs et CNRC-PARI pour la commercialisation, à Ottawa.

La surdité professionnelle est un véritable fléau selon l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), qui confirmait cette année encore l’augmentation du nombre de personnes touchées par ce problème de santé au Québec.

En 2008, entre 287 000 et 359 000 travailleurs étaient exposés à des niveaux de bruit suffisamment intense pour rendre difficile une conversation à un mètre de distance, même en criant.

Or, en plus d’être la cause principale de la surdité, le bruit excessif peut contribuer à accroître le risque d’accident de travail, d’infarctus, d’hypertension artérielle en plus d’augmenter les chances de donner naissance à un bébé de faible poids chez la travailleuse enceinte.

L’INSPQ estime que plus de 35 M$ sont remis chaque année par l’entremise du régime d’indemnisation.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!