André Desroches / TC Media Carlito Dalceggio a signé sur l'immeuble situé à l'angle des rues Laurendeau et Jolicoeur la murale La danse des esprits libres.

L’organisme MU marque une fois de plus l’arrondissement de son empreinte avec la murale de l’artiste Carlito Dalceggio, intitulée La danse des esprits libres, que l’on peut voir sur le mur de l’immeuble situé à l’angle des rues Laurendeau et Jolicoeur.

Il aura fallu cinq jours à Carlito Dalceggio pour peindre la fresque de plus de 1350 pieds carrés. L’artiste a été inspiré par le thème de la liberté. «La liberté, c’est l’un des plus beaux cadeaux qu’on peut offrir», estime-t-il.

Le muraliste a réalisé une cinquantaine d’études avant de peindre son œuvre; «un monde où les animaux, les humains et la nature se réunissent dans une sorte d’harmonie magique», pour reprendre ses mots.

Carlito Dalceggio, un des membres fondateurs de MU, a notamment signé des murales à Parc-Extension, dans le Quartier latin et à Rivière-des-Prairies. «C’est l’un de nos grands muralistes», estime Elizabeth-Ann Doyle, directrice générale et artistique de MU.

Ce natif de Montréal a quitté la métropole il y a vingt ans. Il a posé ses valises à Paris, New York, en Inde et ailleurs. Il a son studio à Mexico depuis un an.

Il affectionne la murale pour le contact direct avec le public. «J’ai toujours du plaisir à sortir du studio pour partager le rituel de la création. Dans le studio, le travail se fait en secret. Quand on réalise une murale, c’est pour partager», explique le peintre.

Depuis 2007, MU a réalisé 75 murales dans une quinzaine de quartiers de la métropole, dont cinq dans l’arrondissement du Sud-Ouest.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!