Chaque semaine, IDS/Verdun Hebdo invite les candidats au poste de député provincial dans Verdun à exprimer leur point de vue sur différents enjeux locaux. Leur réponse est publiée telle quelle. Leur participation n’est pas obligatoire.

La deuxième question posée provient d’une citoyenne de la circonscription: est-ce que vous vous engagez personnellement à supporter la réforme du mode de scrutin au Québec tel que promis par cinq des chefs de partis le 9 mai 2018 ??

 

Constantin Fortier

Parti québécois

Afin que chaque voix compte, il est impératif que notre mode de scrutin soit réformé. Je fais partie du Mouvement démocratie nouvelle qui a mené une consultation publique sur la nécessité de rendre notre mode de scrutin proportionnel. Sa conclusion mena à la signature d’une entente historique et consensuelle entre tous les partis politiques, sauf le Parti Libéral du Québec. Dans la situation actuelle, le Parti Québécois reste disposé à offrir aux Québécois les candidats dont ils ont besoin. Des discussions officielles avaient été entreprises entre le PQ et QS dans Verdun afin de proposer une candidature progressiste commune capable de battre les libéraux. Malgré l’analyse bien chiffrée d’Amir Khadir, une majorité de délégués de QS a rejeté la proposition. Je suis LE candidat déterminé qui s’assurera que cette réforme soit mise en place pour que nous nous élevions au-dessus de la partisanerie et votions avant tout pour des idées.

Raphaël Fortin

Nouveau Parti démocratique du Québec

Le candidat n’a pas répondu.

 

 

 

 

Nicole Leduc

Coalition avenir Québec

À l’heure actuelle, le scrutin majoritaire uninominal à un tour constitue un obstacle à l’expression du vaste éventail d’opinions qui caractérise la société québécoise.

L’amélioration de notre système démocratique doit passer par une réforme du mode de scrutin afin de faire valoir les voix de ceux qui se sentent oubliés par notre système politique.

François Legault s’est engagé, dans les douze premiers mois suivant son élection, à déposer un projet de loi instaurant un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire au Québec.

Si je suis élue le 1er octobre, je m’engage à voter pour le projet de loi proposé par M. Legault. Une fois mis en place, ce nouveau mode de scrutin favorisera le développement de rapports plus étroits entre les élus et les électeurs. Surtout, il contribuera à une meilleure représentation des femmes, des jeunes et des communautés ethnoculturelles au sein de l’Assemblée nationale du Québec.

 

Isabelle Melançon

Parti libéral du Québec

En mai dernier, les partis d’opposition à l’Assemblée nationale ont signé une entente afin d’abolir le modèle actuel du mode de scrutin, cependant la proposition de réforme proposée par les oppositions affecterait considérablement la représentation des régions et l’imputabilité des députés envers la population.

Leur proposition consiste entre autres en l’abolition de 50 circonscriptions, dans toutes les régions du Québec, ce qui entraînerait une augmentation importante de la superficie des 75 circonscriptions restantes et diluerait de façon importante le poids des régions à l’Assemblée nationale. Dès lors, le prix payé par les citoyens et les citoyennes serait conséquent, les intérêts des régions seraient sous-représentés, sachant que la réalité y est différente par rapport aux grands centres urbains.

Comment approuver une telle initiative ? Actuellement, seule ma formation politique semble vouloir défendre l’ensemble des régions du Québec.

 

Vanessa Roy

Québec solidaire

Je m’engage personnellement à supporter la réforme du mode de scrutin au Québec. Relancé récemment par le Mouvement démocratie nouvelle (MDN), ce projet de réforme est nécessaire pour susciter l’envie de voter au Québec. Trop de gens ont l’impression qu’il est inutile de faire entendre notre voix aux élections. En effet, notre scrutin britannique fait en sorte que le parti qui gagne le plus grand nombre de sièges forme le gouvernement, peu importe combien de votes il a obtenu au Québec. Notre système favorise malheureusement l’alternance entre les deux mêmes partis. Le MDN a identifié, au bout d’un large processus de consultation de la population, le meilleur mode de scrutin pour le Québec : Le scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales. Cette idée de réforme de notre façon de voter est celle qui a fait consensus auprès de quatre partis : QS, PQ, Parti vert et CAQ.

 

Alex Tyrrell

Parti Vert

À titre de chef du Parti Vert du Québec, il ma fait plaisir de contribuer à l’élaboration de cette entente et de la signer en compagnie des chefs des autres principaux partis politiques plus tôt cette année. L’approche que nous avons prise est basée sur une analyse critique de ce qui s’est produit sur la réforme électorale au niveau fédéral; l’absence d’un consensus clair sur quel type de réforme de scrutin les partis appuient a laissé une trop grande marge de manoeuvre à Justin Trudeau, qui a relégué sa promesse. Au Québec, nous avons fait autrement en bâtissant un consensus avant les élections. Bien que j’aurais aimé que l’entente soit plus détaillée, nous avons dû céder aux pressions de la CAQ qui préférait plus d’ambiguïté. Toutefois, l’entente que nous avons signée est tout de même historique et je suis fier d’avoir joué un rôle important dans son élaboration.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!