L’éveil à la lecture peut passer par la cuisine. C’est ce qu’ont pu expérimenter des jeunes de l’organisme verdunois Toujours ensemble. Accompagnés de leurs proches, ils ont participé gratuitement à des ateliers Cuisi-mots créés par la Fondation pour l’alphabétisation. En partenariat avec La Tablée des chefs et Ricardo Média, le projet pilote vise à démontrer qu’il est important de savoir lire pour bien manger.

Chez Toujours ensemble, l’expérience s’est faite sur la dernière semaine de juin et la première de juillet, dans la cuisine où sont habituellement réalisés les dîners scolaires. Quatre groupes de deux puis cinq familles ont participé aux trois ateliers de 120 minutes chacun.

Partager un moment en famille et aller dans son environnement sont les raisons qui ont poussé Sylvie Conroy à participer à l’activité avec son fils de 11 ans, Marc-Antoine.

«Ça lui a aussi donné le goût de cuisiner parce que suivre une recette, ça a l’air de rien, mais ça prend de la concentration, souligne la maman. L’expérience lui a donné envie de continuer à la maison puisque pour la fête d’une de ses cousines, il a fait des crêpes. Ça lui a donné l’estime de soi parce qu’il a eu la reconnaissance des gens.»

L’atelier a aussi été bénéfique pour l’adulte. «J’ai dû laisser Marc-Antoine faire ses choses, l’assister et non faire pour lui. Ça m’a permis de me repositionner. J’ai aussi pu poser des questions au chef, ce qui était assez génial», confie Mme Conroy.

Travail
L’apprentissage se fait de manière ludique, mais demande de bien suivre chacune des étapes.

«Ça a permis aux jeunes de décrypter une recette parce qu’il y avait des conversations à faire entre les livres et les grammes, donc c’était bien pour eux. Ça leur faisait travailler les mathématiques. Ça leur a aussi donné l’occasion de décoder du vocabulaire spécifique à la cuisine, comme le mot « réserver »», souligne Marine Brochu, intervenante jeunesse de Toujours ensemble qui offre du soutien scolaire, financier et social aux jeunes des milieux défavorisés de Verdun.

À la fin de l’exercice, les familles ont pu manger sur place ou emporter des plats à la maison. Au menu: burger de saumon, macaronis chinois, tacos, trempettes de légumes, moelleux au chocolat et pancakes.

«On est vraiment satisfaits parce que ça a permis aux enfants de venir à Toujours ensemble dans un autre contexte et avec leurs parents, insiste Mme Brochu. Les adultes nous ont déjà fait part de leur enthousiasme et espèrent que l’activité sera reconduite l’an prochain. De notre côté, on trouve que c’est une belle activité de fin d’année.»

L’intervenante demandait aux participants de parler de leur plat préféré et en tant que Française, elle a cité la tartiflette dont elle a apporté la recette en fin de semaine. Les chefs ont aussi partagé leurs conseils, notamment sur la méthode à adopter pour couper un oignon.

Flexibilité
Sept organismes ont jusque-là profité de l’expérience, que ce soit dans des milieux ruraux, semi-urbains et urbains.

«C’est vraiment une activité clé en main qu’on offre aux organismes de terrain, souligne le chef de programmes de la Fondation pour l’alphabétisation, Jean-Sébastien Bergeron. Elle est adaptable selon la réalité de chaque lieu. Par exemple, certains vont l’organiser une fois par semaine et d’autres une fois toutes les deux semaines, ou encore proposer à deux groupes différents de venir la même journée.»

Le déploiement du projet s’étendra dès septembre à l’ensemble du Québec pour atteindre une cinquantaine d’organismes d’ici décembre 2019.

Programme
Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a donné son appui à différents organismes œuvrant pour la réussite éducative et l’alphabétisation suite aux conclusions de la Consultation sur la réussite éducative qui ont été émises en 2016.

Pour ce faire, plusieurs partenariats ont été développés, dont un avec la chaire de l’Université du Québec à Montréal pour développer un volet pédagogique et mettre la lecture en avant au travers de l’exécution d’activités quotidiennes, comme cuisiner.

La Fondation pour l’alphabétisation a ainsi lancé en janvier les ateliers Cuisi-mots qui s’adressent aux 6-12 ans et dont la devise est «Lire pour bien manger». Les professionnels de la Tablée des chefs encadrent les familles pour les aider à préparer des plats issus de Mon premier livre de recettes de Ricardo.

«L’exécution de recettes implique la littératie et la numératie, souligne le chef de programmes de la Fondation pour l’alphabétisation, Jean-Sébastien Bergeron. C’est un bon prétexte pour rejoindre les parents et les enfants, les mettre ensemble et leur faire vivre un moment positif au travers d’une activité où il y a de la lecture, des calculs et des saines habitudes de vie qui en découlent.»

Cuisi-mots s’adresse aux enfants de 6-12 ans dans des milieux défavorisés et aux adultes qui les entourent.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!