Gracieuseté - Ludovic Rolland Marcotte La centaine de musiciens de l'Orchestre Métropolitain lanceront ce mois-ci leur nouvelle saison à Verdun.

Verdun, avec son église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, est l’un des neuf arrondissements qui recevront cet automne l’Orchestre Métropolitain (OM). La nouvelle saison est lancée et elle amènera la centaine de musiciens à se rendre pour la première fois au Quai 5160, à l’hiver.

Le violoniste et soliste en résidence à l’OM cette année, Kerson Leong, présentera ce mois-ci le Concerto de Korngold lors du concert Rêveries donné à Verdun sous la direction du chef Kensho Watanabe.

«Le violon devient comme une voix qui parle, avec beaucoup de gestes et de couleurs, décrit M. Leong qui jouera pour la première fois le morceau lors d’un concert. C’est aussi se mettre dans une atmosphère, un peu Hollywood, romantique dans un meilleur sens. C’est un beau défi pour moi de trouver toutes les subtilités dans le son et de trouver comment le violon parle avec l’orchestre parce qu’il y a une conversation.»

Le musicien canadien de 21 ans donne des représentations un peu partout dans le monde, mais assure se sentir proche de Montréal et de l’OM.

«C’est l’orchestre qui m’a vu grandir. Je l’ai vu beaucoup de fois en concerts, tout comme son chef principal Yannick Nézet-Séguin, donc je le connais très bien. À présent comme musicien aussi, M. Nézet-Séguin est l’un de mes chefs préférés au monde, avec beaucoup d’énergie. Je suis donc ravi.»

Unique
Depuis plus de 30 ans, l’OM collabore avec le Conseil des arts de Montréal en tournée. Verdun ferait partie des premiers arrondissements à avoir accueilli la centaine de musiciens en dehors de la Maison symphonique de Montréal.

«Verdun est l’arrondissement où l’OM se produit le plus alors qu’on présente chaque année trois concerts à Verdun, affirme la chef des relations gouvernementales et du développement artistique, Jennifer Bourdages. À cela, s’ajoute une présence à LaSalle, qui est tout près. C’est pour dire à quel point ce public-là est vraiment attaché à l’OM et inversement. Il y a toujours beaucoup de gens et on sent l’attachement.»

Les concerts sont répartis de sorte que les Verdunois aient une vision d’ensemble de la programmation de l’OM.

«Notre but est d’offrir la musique au plus grand nombre possible. On lutte un peu contre une espèce de pensée que la musique symphonique est réservée à une élite alors qu’on ne le croit pas du tout. C’est le pari qu’on fait en allant présenter ces concerts qui sont les mêmes que ceux qu’on présente au centre-ville, avec les mêmes artistes et les mêmes œuvres, tout près de chez eux et à des coûts très accessibles», soutient Mme Bourdages.

Localisation
Elle décrit l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs où se déroulera le concert comme étant «magnifique». À l’hiver, la nouveauté pour l’OM sera de se rendre au Quai 5160.

«On est très curieux de découvrir cette salle, déclare Mme Bourdages. Ce qui est un petit peu moins évident pour nous est que la jauge est plus petite. À l’église, on peut facilement accueillir entre 700 et 800 personnes alors qu’au Quai, on parle d’environ 300 personnes et généralement il y a plus de 300 personnes qui assistent au concert. On va tenter l’expérience, mais on ne voudrait pas refuser trop de gens à la porte.»

Le directeur technique a toutefois visité les lieux pour s’assurer de la faisabilité avec une scène qui puisse rassembler l’ensemble des musiciens. L’offre culturelle décrite comme étant «dynamique», avec une bonne promotion, a aussi joué en la faveur de Verdun.

Rêveries sera présenté le 21 novembre, à 19h30, à l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs (4155, rue Wellington).

Pour plus d’infos.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!