Christine Emond/TC Media Zachary et Francyne se côtoient depuis qu'il a commencé la prématernelle il y a deux ans

Francyne Arbour-Blier est l’une des 140 bénévoles qui offrent leur temps à J’apprends avec mon enfant (JAME). L’organisme vient en aide aux jeunes qui éprouvent des difficultés à l’école.

À raison d’une heure par semaine, la «maman poule», comme elle se qualifie, va faire la lecture à un enfant. «On s’attache aux petits et on dépasse souvent notre mandat», mentionne la retraitée. Les bénévoles sont jumelés pour une période d’environ deux ans et demi avec les élèves.

La dame de 63 ans se rend chez Zachary tous les lundis. «Il attend toujours ce moment avec impatience», soutient Priscilla, la maman de l’enfant de six ans. Elle a fait la demande de jumelage après avoir constaté les difficultés d’apprentissage de son fils.

Les études ont démontré que les enfants qui aiment lire réussissent mieux à l’école. «À travers la lecture, nous travaillons le vocabulaire, la rigueur intellectuelle, la logique, et les capacités à faire des inférences et des liens», explique Patricia Bossy, directrice de JAME.

Un rôle important

Le rôle des bénévoles s’étend au-delà de la simple lecture avec ces enfants âgés entre cinq et huit ans en difficultés scolaires de Verdun, du Sud-Ouest, de Lachine, de LaSalle et de Saint-Laurent. En proposant des livres interactifs et des jeux de mots aux petits, ils peuvent voir leurs forces et leurs faiblesses.

Francyne Arbour-Blier connait Zachary depuis deux ans, et a ainsi pu déceler chez lui une légère dyslexie. «Le diagnostic n’est jamais posé avant la première année du primaire. Nous pouvons, grâce à Francyne, commencer à travailler là-dessus», précise Priscilla.

Ce moment est particulier pour Zachary, qui adore les histoires de pirates, car il se sent privilégié et entouré. Sa mère explique que, pour lui, les rencontres ne sont pas une corvée. «Il continuerait les séances de lecture tout l’été s’il le pouvait», assure-t-elle.

Une complicité entre les enfants et les bénévoles s’installe. À preuve, les éclats de rire de Zachary lorsque Francyne imite le singe. «Ça fait du bien à Zachary de côtoyer quelqu’un qui lui apprend différemment de nous», observe Martin, le conjoint de Priscilla.

Toutes les classes sociales

Les enfants sont référés au JAME par les 30 écoles primaires francophones des arrondissements desservis.

«Les parents veulent vraiment que leurs enfants réussissent, selon Patricia Bossy. Ils ne veulent pas que le pattern d’échec se reproduise, eux-mêmes ayant parfois décroché adolescents».

Les difficultés d’apprentissage ne sont pas une affaire de classe sociale. «Avoir de l’argent ne signifie pas que les parents ont le temps de s’assoir et d’aider leurs enfants, fait valoir Martin. Tout le monde peut avoir besoin d’aide».

Chaque mois, JAME forme de nouveaux bénévoles. «Il y a toujours un grand besoin», mentionne Particia Bossy, ajoutant qu’il y a une liste d’attente.

«Revoir un enfant qui a réussi est la plus belle récompense qui soit», certifie Francyne Arbour-Blier. Il y a présentement 173 enfants en jumelage avec des bénévoles provenant de différents milieux.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!