Josie Desmarais/Métro Justin Trudeau

Si Québec décide de délier les cordons de sa bourse pour prolonger la ligne bleue du métro de Montréal, Ottawa est prêt à faire sa part, a indiqué mercredi le premier ministre, Justin Trudeau.

«On entend très clairement que le prolongement de la ligne bleue est une priorité et le gouvernement fédéral sera partenaire de la province et de la ville», a-t-il déclaré lors de son passage dans l’Atelier Youville, un garage de la Société de transport de Montréal (STM) situé dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

M. Trudeau a insisté pour dire que c’est aux villes et aux provinces de décider si un grand projet de transport en commun sera réalisé ou non. «Quand les politiciens à Ottawa se mettent à dessiner des lignes sur les cartes, on s’inquiète tous, a-t-il dit. Ce sont les gens d’ici qui connaissent les priorités.»

Le maire de Montréal, Denis Coderre, ne manque pas une occasion de dire que le projet de prolongement de la ligne bleue est parmi ceux qui sont jugés prioritaires. Son responsable des infrastructures, Lionel Perez, s’est réjoui mercredi des propos du premier ministre Trudeau.

«Ça nous encourage d’entendre le premier ministre dire qu’il pourrait y apporter du financement, a-t-il affirmé. C’est quelque chose que nous demandions et [la ligne bleue] fait partie de projets que nous avions soumis aux gouvernements fédéral et provincial.»

Le ministre des Transports, Jacques Daoust, a mentionné en février dernier que le projet de prolongement de la ligne bleue est selon lui prioritaire, tout en précisant que la décision de le concrétiser ne relèvera pas seulement de lui, mais du gouvernement du Québec.

Un programme d’investissements pour les grands projets de transport en commun est en préparation à Ottawa. Des annonces seront faites dans les prochaines mois, voire les prochains années, a fait savoir Justin Trudeau.

En attendant, près 775M$ seront investis au cours des trois prochaines années dans des projets de réfection des installations de transport en commun du Grand Montréal. Ce montant fait partie des 3,4G$ que le ministre des Finances, Bill Morneau, a prévu, dans son budget dévoilé le mois dernier, pour rénover les réseaux de métro, de bus et de train. Jusqu’à 50% du coût admissible de ces projets sera assumé par Ottawa.

«Bien des projets n’ont pas été entrepris faute de financement du côté fédéral», a déploré M. Trudeau.

À Montréal, ces investissements fédéraux pourraient notamment servir à la «mise à niveau de voies de métro, des ponts, de la signalisation et des aiguillages», précisait le budget fédéral.

Ces nouveaux crédits aideront sans doute la STM à réduire son déficit de maintien des actifs, qui étaient évalué à 4,3G$ en 2014. Dans son programme d’immobilisations 2016-2017-2018, la société de transport comptait d’ailleurs consacrer une grande partie de ses investissements de 2,8G$ prévus au cours des trois prochaines années à la rénovation de ses installations, particulièrement celles du réseau du métro.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!