Depuis samedi matin, la Place de la Gare-Jean-Talon accueille ses cinq premiers bacs d’agriculture urbaine dans lesquelles poussent diverses cultures mangeables, médicinales ou aromatiques.

Les bacs réunissent des espèces nord-américaines à d’autres de pays d’origine de résidents de Parc-Extension. Du thé des bois, du basilic, du cerisier et du bleuet poussent donc aux côtés de bananiers et d’échinacée à deux pas du métro Parc.

D’autres bacs apparaîtront d’ici les deux prochaines semaines, promet la Coopérative Bioma, un des responsables du projet Parc-Ex nourricier.

«L’idée était de maximiser les options de cultures dans des bacs de 20 gallons alors nous avons mélangé les espèces. Nous voulons faire des boutures que nous pourrons transplanter ailleurs», explique Pablo Velez, membre de la coop Bioma.

En plus des bacs, le projet Parc-Ex nourricier prévoit l’aménagement de «halles» sur le parterre de gazon situé en face de l’ancienne gare. Des résidents rejettent l’idée, craignant notamment un embourgeoisement des environs.


Des kilos de fruits cueillis ci et là
Cette année, Bioma a cueilli un total de 24 kilos de cerisiers et d’amélanchier sur le domaine public et privé dans Parc-Extension, selon Pablo Velez.

Les récoltes, explique M. Velez, seront partagées en trois tiers entre les bénévoles de Bioma, les propriétaires des arbres fruitiers et le «Garde-manger du monde», un frigo communautaire installé dans un café du quartier en novembre 2016.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!