Jean-Christophe Bott/The Associated Press Haïder al-Abadi

Le premier ministre irakien a demandé à la coalition militaire internationale prêtant main forte au Moyen-Orient pour contrer le terrorisme d’offrir plus de formation policière, particulièrement aux corps de police sunnites qui devront garder Ramadi et d’autres villes une fois les militants du groupe armé État islamique (ÉI) chassés.

Le premier ministre, Haïder al-Abadi, a spécifiquement demandé plus de formateurs durant des discussions avec le secrétaire de la Défense américaine, Ash Carter, cette semaine au Forum mondial de Davos, en Suisse, selon des responsables américains de la défense.

Aidées par les frappes aériennes de la coalition, les forces de la sécurité irakiennes ont réussi à reprendre Ramadi le mois dernier. La police d’Irak, entraînée localement, a ensuite été déployée pour aider à assurer le contrôle de la ville. La police locale a été en mesure de prendre le relais plus rapidement qu’initialement anticipé, ce qui a permis aux forces de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme de s’affairer à d’autres opérations, ont rapporté les sources américaines.

Ces hauts responsables de la sécurité ont requis l’anonymat, puisqu’ils n’étaient pas autorisés à discuter publiquement de la rencontre privée entre MM. Al-Abadi et Carter.

M. Carter avait déjà demandé à des membres de la coalition d’augmenter leur contribution à la lutte contre l’ÉI en Irak et en Syrie. L’une des priorités est la formation des forces locales, particulièrement nécessaires à mesure que l’armée reprend le contrôle de régions majoritairement sunnites assiégées par l’ÉI.

Les leaders souhaitent installer des policiers locaux sunnites dans la ville pour maintenir le calme et empêcher les djihadistes de l’ÉI de revenir.

La police nationale italienne donne présentement des sessions d’entraînement d’un mois aux policiers locaux, qui reçoivent de la formation militaire de base, notamment sur le tir d’élite, la patrouille et la localisation et la destruction d’engins explosifs.

Selon les sources, la victoire de Ramadi donne à M. Al-Abadi plus de crédibilité pour demander plus d’aide militaire, malgré la controverse persistante entourant l’intensification de la présence de la coalition en Irak.

Ash Carter a rencontré un petit groupe de partenaires clés de la coalition à Paris, cette semaine, et il a convoqué une rencontre avec 26 pays le mois prochain. Les responsables souhaitent déterminer ce que les pays sont prêts à donner.

Aussi dans Monde :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!