dead-mens-eyes.org Les huttes de Leskernick Hill comme elles étaient à l'Âge de bronze, dans la région de Cornwall en Angleterre.

Deux prototypes d’appareils de réalité augmentée permettent de voir et même sentir les civilisations anciennes. Le «Dead Men’s Eyes» permet de voir de quoi avait l’air un lieu il y a plusieurs milliers d’années, en superposant une reconstitution virtuelle du site archéologique ancien sur le paysage réel capté par l’appareil photo d’un iPad. L’appareil utilise la fonction de géolocalisation du iPad pour connaître le lieu où se trouve l’utilisateur. Le «Dead Man’s Nose», de son côté, insuffle à l’utilisateur des odeurs comme un feu de bois, toujours selon l’emplacement de l’utilisateur. Métro s’est entretenu avec le concepteur de ces prototypes, Stuart Eve, un chercheur associé à l’Institut d’archéologie du University College de Londres.

Comment vous est venue l’idée d’un tel gadget?
Pendant mes études de doctorat en archéologie au University College de Londres, j’étudiais le site de Leskernick Hill un village de 50 maisons de l’Âge de bronze, dans la région de Cornwall dans le sud-ouest de l’Angleterre. Toutefois, lorsque j’ai visité le site en question, tout ce qu’il y avait était le tracé du contour des maisons sur le sol, fait à l’aide de pierres. Je voulais vivre et voir ce dont cela avait l’air lors de l’Âge de bronze. Je voulais savoir comment serait le paysage si je pouvais voir et sentir les maisons, les personnes, les animaux… La réalité augmentée semblait la possibilité pour y arriver.

Quelle est l’idée derrière le «Dead Men’s Eyes»?
La principale raison de créer cette application était de permettre à des gens d’aller sur un site archéologique, prendre une tablette (ou des lunettes de réalité augmentée) et de vivre l’expérience du site comme il était autrefois. J’étudie l’archéologie pour savoir comment c’était d’être un humain dans le passé, et je veux utiliser la réalité augmentée pour le faire.

Comment ça fonctionne?
Je recueille l’information archéologique dans une base de données fondée sur la localisation. Ensuite, j’utilise une combinaison de Unity3D avec le module d’extension de réalité augmentée Vuforia pour placer virtuellement les éléments (par exemple une maison de l’Âge de bronze) dans leur vrai emplacement. L’application utilise le GPS du iPad et sa boussole pour comprendre où je me trouve et dans quelle direction je regarde. Ensuite, elle calcule de quoi auraient l’air les maisons si je les regardais de l’endroit où je me situe. Ces modélisations sont ensuite superposées sur le flux vidéo du iPad, ce qui permet de regarder la colline et voir les maisons comme si elles y étaient. Cela est finalement combiné à des sons géolocalisés qui deviennent plus ou moins forts selon la distance à laquelle je m’en trouve.

Comment le «Dead Men’s Eyes» peut être utile à l’humanité?
En apprendre sur le passé est essentiel pour comprendre qui nous sommes et où nous allons. Je souhaite que mon projet aide les gens à réaliser que tous les lieux du monde possèdent une histoire et que peu importe l’endroit où nous nous trouvons, quelqu’un y a déjà été avant nous. De plus, la réalité augmentée est un type de réalité virtuelle très différent, car il oblige les personnes à en faire l’expérience dans le vrai monde. En nous concentrant sur la réalité virtuelle – comme le monde techno le fait en ce moment, avec l’Oculus Rift par exemple – il y a le danger que tout le monde soit branché à son ordinateur et que toutes leurs interactions aient lieu à travers une sorte de monde virtuel. La réalité augmentée, d’un autre côté, force les gens à quitter leur maison et visiter d’autres lieux pour vivre une expérience.

Pouvez-vous sentir l’histoire aussi?
Oui, le «Dead Man’s Nose» est un extra à l’application «Dead Men’s Eyes» qui permet de sentir le passé. C’est un microcontrôleur Arduino qui est branché à un ventilateur équipé d’une fiole d’odeurs. L’application utilise le GPS pour retrouver le lieu et si j’ai programmé une odeur à cet endroit, le ventilateur tourne et envoie gentiment une brise parfumée à votre nez.

SONY DSC

Quel est le futur de votre projet?
En ce moment, j’essaie d’explorer d’autres sites archéologiques. Je suis encore en période de test et il ne s’agit que d’un prototype. Je cherche donc du financement.

Aussi dans Nouvelles insolites :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!