Métro Une aventure avec votre patron risque de vous mettre vos collègues à dos. Ils penseront que votre relation vous confère un avantage stratégique.

Chaque semaine, notre chroniqueur répond à une question sur le comportement des patrons.

«Récemment, mon patron m’a invitée à souper afin de faire le point sur les dossiers en cours. Au cours du repas, il m’a dit que son mariage battait de l’aile et qu’il était sur le point de divorcer. Il s’est montré très attentionné envers moi et m’a même confié qu’il me trouvait jolie. Il y a quelques jours, il m’a proposé de l’accompagner à un congrès à Paris. J’ai envie d’accepter, mais je me demande si c’est une bonne idée.»

Je vous le dis sans détour : vous jouez avec le feu. S’il est une règle concernant l’amour au travail, c’est qu’il devrait être réservé à des partenaires qui partagent le même échelon. Il est en effet très dangereux de fricoter avec la hiérarchie.

Premièrement, cela vous place sur un fauteuil éjectable. Qui dit que, lorsqu’il se lassera, votre patron ne décidera pas de vous mettre à pied pour
se débarrasser de vous? Ne criez pas à la paranoïa! Ça arrive bien plus souvent que vous le pensez.

Deuxièmement, une aventure avec votre patron risque de vous mettre vos collègues à dos; en effet, ils penseront que votre relation vous confère un avantage stratégique. Ils craindront que vous obteniez, sur l’oreiller, des informations qui leur sont cachées, ou encore que vous vous arrogiez une part trop grande des bonis de fin d’année. Quel sera votre plaisir au travail si vos collègues vous rendent la vie difficile?

Finalement, il est hasardeux de croire quelqu’un qui dit qu’il songe à divorcer. Si c’était du sérieux, le processus de séparation serait enclenché.

Vous voici donc avertie. Vous jouez avec le feu en vous laissant charmer. Et votre patron fait de même. Quelle image ses propres supérieurs auront-ils de lui quand votre histoire sera connue? Croyez-moi, cela arrivera plus vite que vous ne le pensez.

C’est naturellement flatteur qu’il ait porté son dévolu sur vous, d’autant qu’il a accès à des ressources financières qui vous échappent et que vous trouvez probablement tentantes. Le pouvoir est aphrodisiaque, je vous l’accorde. Même dans le règne animal, celui qui rapporte de la nourriture et garantit la sécurité est convoité.

Voici quand même quelques conseils si vous décidez de passer outre mon avertissement. Aucune démonstration d’affection au travail : caresses et petits mots doux ne doivent pas être échangés. Ne vivez pas dans votre bulle, continuez à réseauter avec le personnel. Et surtout, ne changez pas de comportement pour démontrer que vous êtes maintenant supérieure à vos collègues. Ce serait perçu comme une déclaration de guerre.

En résumé
• Prenez garde : les gentillesses peuvent rapidement dégénérer et passer de la séduction au harcèlement.
• Établissez vos frontières : s’il les franchit, dites NON!

Le cas DSK: Les avances ne sont pas nécessairement des signes d’attachement

Ce n’est pas parce que votre patron vous fait des avances qu’il vous apprécie particulièrement. Certains sont carrément obsédés par le sexe. Dominique Strauss-Kahn (DSK), ex-patron du Fonds monétaire international (FMI), est de ce genre. Ses collaborateurs disaient d’ailleurs que les femmes qui voulaient éviter des ennuis savaient qu’il valait mieux éviter de se retrouver seules avec lui. Il se dirigeait vers la présidence de la France avant d’être accusé à New York en 2011.

Aussi dans Au boulot! :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!