Jacques Boissinot/La Presse canadienne Jean-Francois Lisée

Dans une dernière sortie aussi marquée que remarquée, Jean-François Lisée accusait simultanément Radio-Canada et le gouvernement Couillard de «tenter de faire croire aux Québécois qu’ils sont racistes».

Deux raisons. La première, la consultation sur le racisme et la discrimination systémique, dont les paramètres ont récemment été annoncés.

La deuxième, le récent sondage CROP sur le «populisme et la xénophobie» diffusé par la société d’État, et le reportage de cette dernière, diffusé dans le cadre de son émission Enquête, portant sur l’islamophobie au Québec.

Dixit M. Lisée: «On a l’État québécois et une grande société d’État qui essaient de conditionner le débat et de culpabiliser les Québécois. La conséquence va être le procès en racisme et en xénophobie que les Québécois vont subir.» Poursuivant sa charge: «Quand la population a des craintes légitimes et que l’État refuse de les respecter et d’agir raisonnablement, c’est à ce moment-là que l’extrême droite trouve un marché dans l’opinion publique.»

Pas très surprenant, la carrière politique de M. Lisée étant marquée par des virages à 180 degrés, notamment sur les enjeux majeurs. N’est-ce pas ce même Lisée qui, constatant l’horreur populaire à la suite des attentats de Québec, avait promis de lutter contre le racisme au Québec, notamment en proposant des curriculum vitae anonymes? Le fléau du racisme se serait-il, par magie, résorbé en l’espace de quelques semaines?

Peut-être que la réponse réside dans ceci: le recul significatif du PQ depuis l’arrivée de GND, et la CAQ qui le chauffe maintenant de (très) près.

L’argument? Que M. Lisée a compris qu’il valait mieux abandonner la grappe solidaire pour viser, de nouveau, le jardin identitaire. Après l’abandon de ses positions plus radicales depuis les attentats, voilà qu’il affirme que, si «d’autres partis trouvent ces sujets intéressants [les sujets identitaires], tant mieux pour eux, mais ils chassent sur nos terres». Peut-être par hasard, ce retour à la case départ survient au lendemain d’une chronique, pertinente et exactement sur ce sujet, de l’influent MBC.

Parce qu’au-delà de la stratégie partisane, qui, bien franchement, peut être sincèrement en défaveur d’une consultation visant à lutter contre le racisme et la discrimination, systémique ou non? Qui peut sérieusement penser que procéder à notre autocritique sur cette question puisse favoriser l’extrême droite? Depuis quand dénoncer le racisme l’encourage-t-il?

Et bien qu’on puisse critiquer le traitement médiatique d’un sujet aussi explosif, il faudrait au moins dire en quoi celui d’Enquête était déficient, ce que se refuse à faire M. Lisée. Enfin, en quoi le fait de diffuser un sondage aux conclusions déplaisantes rend-il Radio-Canada coupable de quoi que ce soit? Doit-on, pour plaire au chef du PQ, publier uniquement des études complaisantes?

En bref, s’il y a effectivement procès, on semble, ici, s’être trompé d’accusé.

Aussi dans In Libro Veritas :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!