Josie Desmarais Valérie Plante et Denis Coderre

Le dernier sondage sur la course à la mairie de Montréal révèle ce que plusieurs auraient cru impossible il y a quelques semaines à peine. Valérie Plante, en avance au fil d’arrivée? Qui aurait misé là-dessus, honnêtement? Pas moi, du moins.

Rien contre elle, remarquez bien. Plutôt le contraire, même. Énergique, maître de ses dossiers et dotée de projets novateurs, la candidate de Projet Montréal constitue, en un sens, un antidote au cynisme. Une ligne rose? Pourquoi pas. Plus de vert? Pourquoi pas. Une diminution de la taxe de bienvenue? Pourquoi pas. Bref, l’ensemble ou presque des sentiers convenus est d’une certaine façon laissé de côté.

Pourquoi alors une si grande surprise? Le déficit de notorité, je dirais. Valérie qui? Contre Monsieur 
(sur)exposition médiatique? Aucune chance.
En fait, quand Denis Coderre a mis la main sur la mairie, il y a quatre ans, plusieurs s’entendaient sur une chose: il y serait jusqu’à ce qu’il en décide autrement. Un genre de Jean Drapeau 2.0…

Alors, que s’est-il produit en si peu de temps? Est-ce dû à la campagne dynamique et rafraîchissante de Mme Plante? L’impression de rompre avec une formule éprouvée mais usée? Une écœurantite aiguë des vieilles façons de procéder, des méthodes à la limite du bullyisme? La propension à vouloir du changement pour le simple plaisir d’en avoir? Peut-être. Difficile à dire.

Mon hypothèse? Que le contraste Plante-Coderre est tellement évident qu’il met en relief les failles du maire sortant. Sur le plan du style, les illustrations sont aussi nombreuses que documentées. Sur le fond, cela dit, l’exercice est plus ardu. Notamment parce que la mémoire de l’électeur est plutôt courte.

Quelques recherches rapides nous rappellent que le maire, sans trop de conséquences, a balancé quelques milliards de litres de déchets dans le fleuve; a banni illégalement de sa ville un imam (ayant tenu des propos injurieux), prétextant un règlement de zonage pourtant inexistant; refuse encore aujourd’hui de divulguer le nombre de billets vendus pour la controversée Formule E; affirme que les 25 000$ reçus afin de payer ses honoraires dans l’affaire Shane Doan étaient un don et non un cadeau (hein?!?); a orchestré la destruction d’une dalle de béton afin de protester contre une décision de Postes Canada, commettant ainsi un méfait en vertu du Code criminel; aurait assuré, par l’entremise du SPVM, la filature de certains journalistes, dont le chroniqueur Patrick Lagacé.
Bon. Est-ce à dire que Valérie Plante, advenant une victoire, serait à l’abri des mauvaises décisions et des comportements douteux? Bien sûr que non. Sauf qu’il est permis, à ce stade-ci, de lui accorder le bénéfice du doute. Chose qui commence à être drôlement difficile dans le cas du maire sortant.

Aussi dans In Libro Veritas :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!