Collaboration spéciale Rien de flamboyant chez Aesop: les flacons de verre ambré sont sobres et rappellent ceux qu'on trouvait dans les anciennes boutiques d'apothicaire.

J’en parlais l’été dernier et c’est maintenant chose faite: la bannière australienne Aesop a ouvert non pas une mais deux boutiques à Montréal, à Westmount et dans le Mile End. J’ai fait le tour du proprio, histoire de faire connaissance avec cette marque qui se donne des allures de commerce local même si elle a été fondée à plus de 15 000 kilomètres d’ici.

Design de chez nous
Chaque boutique Aesop est unique. La raison est simple: la marque choisit de faire appel à des boîtes locales pour l’aménagement de ses magasins. À Montréal, le mandat a été confié à Alain Carle et à _naturehumaine pour les succursales situées sur les rues Sherbrooke Ouest et Saint-Viateur, respectivement.

Mile end

Produits haut de gamme
Aesop ne s’éparpille pas, et propose seulement quelques gammes de cosmétiques bien ciblées: produits pour le corps et le visage, soins capillaires et parfums. À base de plantes sans pour autant prétendre au 100 % naturel ou au bio, les concoctions de la marque se distinguent avec des fragrances aromatiques aux notes subtiles de végétaux et des textures luxueuses. Comme c’est le cas dans de plus en plus de boutiques beauté, on peut aussi tester les produits sur place.

Petite histoire
Fondée à Melbourne, en Australie, il y a bientôt 30 ans, Aesop s’est bâti un capital de sympathie partout où elle se pose. Mais ce n’est pas à coup de campagnes publicitaires coûteuses! Non, la marque reste plutôt discrète, misant plutôt sur le bouche-à-oreille.

Aussi dans Tendances :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!