Chloé Freslon De gauche à droite: Ariane Fortin, Isabelle Deslauriers et Evelyne Marcoux.

Je crois qu’être une femme dans un milieu professionnel techno est rarement un avantage. Isabelle Deslauriers, fondatrice de Désirables Expérience Design n’est pas d’accord. Si elle a connu des problèmes, c’est à cause de son projet, pas de son sexe. Isabelle confectionne des jouets érotiques. Et en 2016, le plaisir sexuel féminin, c’est encore tabou.

L’entreprise du Mile-End confectionne et vend des objets intimes, comme des huiles, des pierres de massage et des jouets érotiques. Quatre-vingt-dix pour cent des ventes se font en ligne, surtout au Québec. Mais l’équipe reçoit parfois des commandes du Royaume-Uni, de la France et de la Nouvelle-Zélande.

Désirables Expérience Design était le projet de fin d’études à l’Université de Montréal de la jeune femme. Ses amis lui ont lancé un défi: «T’es pas game d’en faire une business!» Mais Isabelle n’a pas peur des défis. Son père est entrepreneur, elle a toujours su qu’elle ferait partie de cet univers-là.

En plus, elle a étudié en design industriel, ce qui lui permet d’élaborer elle-même des modèles, de les imprimer en 3D et d’aller voir, par la suite, les artisans pour la confection.

Trilogy of relaxation #adori#masssagestones#handmade#pleasure#creator#destress #massage

A post shared by Désirables | Wellness Products (@desirablesed) on

Des jouets sexuels en porcelaine
Beaucoup des jouets érotiques qu’on trouve dans le commerce comportent des phtalates, des composés chimiques utilisés dans le plastique. Selon la Société canadienne du cancer «des données scientifiques indiquent que certains phtalates pourraient agir comme des perturbateurs endocriniens.»

Voilà pourquoi Isabelle Deslauriers s’est tournée vers la porcelaine. Elle ne travaille qu’avec des fournisseurs et producteurs locaux de haute qualité.

Et les jouets ne vibrent pas. C’est que «l’usage fréquent de jouets vibrants peut créer un effet de plateau, la vibration n’est pas faite pour tout le monde et enfin, l’usage excessif de vibrations peut créer des problèmes sérieux lorsqu’il s’agit d’être excitée par d’autres méthodes ou tout simplement par votre partenaire», selon ce qu’on peut lire sur le site de Desirables.ca.

Une équipe féminine et féministe
La fondatrice de Désirables Experience Design n’a jamais souffert d’être une femme dans l’industrie du jouet érotique. Bien au contraire. «Si j’avais été un homme, j’aurais été vu comme un pervers». Le côté pratique lorsqu’on est une femme et qu’on produit des jouets érotiques féminins, c’est que la période de test est facilement réalisable.»

Elle est aidée de ses deux collaboratrices Ariane Fortin et Evelyne Marcoux. Une équipe de femmes pour s’adresser à un marché de femmes.

L’aventure de Désirables Expérience Design a démarré en 2013. Sa popularité a décollé suite à son passage à l’émission Dans l’œil du dragon, en 2015.

Trois collaboratrices, trois femmes, mais ce n’est pas fait exprès: «Ça a juste adonné comme ça, on n’a rien contre les hommes… bien au contraire», lancent-elles en riant. Même l’artisan en porcelaine – la meilleure du Québec selon Isabelle Deslauriers – est une femme. Et ce n’est pas du haut de ses 78 ans qu’elle sourcille de fabriquer des jouets érotiques!

Isabelles Deslauriers se dit féministe. Elle souhaite l’atteinte de l’égalité hommes-femmes, où chacun puisse être respecté dans son individualité et dans sa recherche du plaisir. Les trois jeunes femmes sont très à l’aise avec leur sujet et fières de ce qu’elles font. Il n’y a rien de tabou dans la recherche du plaisir sexuel féminin. Elles considèrent que pour parvenir à une vie saine et équilibrée, nous avons besoin d’une vie sexuelle qui l’est tout autant, ce qui est rendu possible grâce à l’éducation, la communication avec son partenaire et l’apprentissage de son corps.

De gros projets
D’ici la fin de 2016, la jeune entreprise compte sortir plusieurs nouveaux produits, mais également repenser sa cible. Cette réorientation est caractéristique des starts-up. Là ou une entreprise classique prendrait plusieurs mois, voir des années, une jeune pousse est capable de pivoter en un rien de temps. L’entreprise compte se tourner vers une cible «bien-être et santé», après l’érotisme et le sexe.

Isabelle Deslauriers créera bientôt une deuxième filiale pour aider les femmes après un accouchement, le renforcement des muscles pelviens, l’accompagnement des sexologues, etc.

Aussi dans URelles :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!