God of War rassemble tous les ingrédients pour plaire aux joueurs purs et durs : une histoire sans temps morts, des combats difficiles qui demandent de bons réflexes, des objets rares à amasser pour améliorer son personnage, des graphismes époustouflants et un grand univers à explorer. La sauce ne prend toutefois pas parfaitement, surtout pour ceux qui ne s’intéressent pas vraiment à la mythologie scandinave ou qui ne débutent pas le jeu avec un sentiment d’attachement au personnage.

Beaucoup de choses ont changé pour Kratos entre la série originale God of War et son relancement à venir le 20 avril sur PS4. Terminé la Grèce et les duels contre les dieux de l’Olympe, le combattant spartiate vit désormais en Scandinavie, où il tente tant bien que mal d’élever son fil après la mort de sa femme.

God of War raconte l’histoire d’un voyage d’un père et de son fils pour répandre les cendres de cette femme. Une histoire fantastique en pleine mythologie nordique, qui permettra à Kratos d’améliorer ses compétences parentales et à son fils Atreus de découvrir progressivement son père.

 

Entre un jeu ouvert et un jeu traditionnel

God of War est un jeu immense, à mi-chemin entre un jeu ouvert et un jeu traditionnel. Une grande carte et des mondes parallèles de la mythologie nordique peuvent être explorés, mais toujours dans un corridor défini.

Pour la plus grande partie du jeu (les 15 premières heures environ), cette exploration est entièrement scriptée et plus près d’Uncharted 4 que de Far Cry 5. Ces balises représentent à mon avis une force du jeu. Il n’y a pratiquement jamais de temps morts, puisque chaque déplacement est accompagné de dialogues qui permettent de faire avancer l’histoire ou les personnages, un peu comme dans Last of Us.

Il est possible d’effectuer des missions secondaires tout au long de l’aventure, mais mieux vaut les réserver pour la fin du jeu, une fois l’histoire complétée. On pourra alors aider des personnages secondaires, de trouver des trésors et d’affronter de puissants Valkyries. L’aspect ouvert du jeu est à ce moment plus évident, mais on demeure tout de même confinés dans des cartes plus traditionnelles.

Côté histoire, il y a du bon et du moins bon avec God of War. Les scénaristes de Sony Santa Monica ont clairement fait leurs devoirs, en élaborant une histoire quand même riche, avec un mélange d’excellentes cinématiques et de conversations pertinentes en arrière-plan.

La relation entre les deux protagonistes évolue aussi tout au long de l’aventure, et ceux-ci apprennent les uns des autres. Quelques personnages secondaires sont également présents, tout particulièrement dans la seconde moitié du jeu.

Malheureusement, si on se passionnait de l’histoire de Joel et d’Ellie dans Last of Us, celle d’Atreus et de Kratos nous laisse de glace. La raison derrière le voyage n’est pas des plus intéressantes, les personnages sont unidimensionnels et l’humour y est généralement déplacé.

Évidemment, il est difficile de s’attacher à un personnage froid comme Kratos, qui donne des conseils à son fils comme « À la guerre, un soldat ne voit la beauté que dans le sang de l’ennemi ». Les joueurs qui ont adoré la série originale risquent toutefois d’être plus ouverts au protagoniste.

Notons qu’Atreus est mieux, mais son évolution au cours du jeu manque de réalisme.

Les détails de la mythologie nordique (« La paranoïa d’Odin n’a d’égale que la soif de sang de Thor ») ne m’ont aussi pas vraiment intéressé. Il s’agit ici d’une question de goût, et les mordus du genre pourraient évidemment y trouver leur compte (ce qui ne rachètera toutefois pas complètement les autres lacunes). Sony vise toutefois avec God of War un public beaucoup plus large que ceux qui s’intéressent aux histoires des Ases et des Vanes.

 

De bons combats (mais un peu répétitifs)

God of War est autant un jeu d’action que d’aventure. Ici aussi, Sony Santa Monica réussi souvent son coup.

Les combats sont des plus agréables, même si la violence omniprésente est parfois de trop. L’arme principale de Kratos, une hache qui peut magiquement revenir à lui, est un plaisir à utiliser, et les compétences que l’on développe au cours du jeu, avec les enchantements qui permettent d’améliorer nos armes, font que le système est facile à apprendre, mais complexe à maîtriser (à condition d’y donner la chance).

Certains regretteront toutefois un manque de variété dans les ennemis. Les boss sont en effet assez rares, et plusieurs reviennent souvent au cours du jeu.

Notons qu’il y a aussi quelques événements de types « quick time event », où le joueur doit appuyer sur touche affichée à l’écran pour que l’action se poursuive. Ceux-ci sont toutefois présentés avec parcimonie et rendent les cinématiques plus actives. Bref, même si la technique n’est pas des plus populaires, elle est plutôt efficace dans ce cas-ci.

 

Un jeu époustouflant

Visuellement, jeu offre des graphismes époustouflants. God of War est d’ailleurs probablement le plus beau jeu vidéo sur console à ce jour. Les personnages et les décors sont sublimes, tant pendant les scènes d’action que pendant dans les cinématiques.

Même des détails comme la carte du monde sont particulièrement jolis (et font travailler la PS4 Pro à plein régime).

L’impression de grandiloquence est aussi aidée par la musique orchestrale accompagneé d’une chorale, qui est généralement subtile, mais qui s’impose parfois pendant les scènes importantes.

 

Un jeu pour joueurs avertis

God of War n’est pas un jeu dans l’ère du temps, mais il s’annonce déjà comme un succès, surtout auprès des joueurs avertis. Techniquement, celui-ci aurait facilement pu se mériter un 9/10, et même plus. Les lacunes par rapport à l’histoire font qu’il ne rivalise toutefois pas avec les autres jeux d’aventure modernes comme Uncharted 4 et surtout l’excellent Last of Us. La formule touche la cible, mais peut-être aurait-elle été mieux servie avec un autre personnage que Kratos.

Note : 8,5/10

Aussi dans Vie numérique :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!