Collaboration spéciale MINI Paceman

Le 45e Salon de l’auto de Mont­réal a, encore cette année, l’ingrate mission de se tenir presque en même temps que celui de Détroit, le plus grand rendez-vous automobile d’Amérique du Nord.

Du coup, pas de grandes primeurs mondiales, sauf ce prototype de Honda Gear, et une seule primeur nord-américaine, la Mitsubishi Mirage. Reste que les nouveautés canadiennes abondent. Plus d’une quarantaine sont réunies au Palais des congrès à compter d’aujourd’hui, et ce, jusqu’au 27 janvier. Pleins feux sur ce qu’il ne faut pas manquer. (photos ci-bas)

1. Fiat 500L : «L» pour plus longue et plus large
Qu’est-ce que ça donne, une Fiat 500 plus longue et plus large? Deux portières de plus et une cinquième place à bord. De quoi faire dire aux dirigeants de la marque italienne que la nouvelle 500L représentera au moins la moitié des ventes de Fiat en Amérique du Nord.

  • Pour faire simple : Un demi-mètre plus long et une quinzaine de centimètres plus large que la Fiat 500 actuelle.
  • Mais encore : Sous le capot, on accole tout de suite la turbocompression au quatre cylindres de 101 chevaux, pour obtenir 160 chevaux, assurément nécessaires. Et alors que la Fiat 500 sans «L» propose la boîte manuelle à cinq vitesses, celle avec un «L» offre une boîte à six vitesses.
  • Déjà vu : À Los Angeles, en novembre dernier.
  • Quand et combien : Cet été, mais on n’en connaît pasa encore le prix.

2. Chevrolet Impala : Élégance retrouvée
Mine de rien, la Chevrolet Impala est là depuis 55 ans. Pour sa 10e génération, Chevrolet met toute la gomme, notamment du côté des options. Pensez régulateur de vitesse adaptatif, alerte de circulation transversale, sièges chauffants et ventilés, dispositif de précollision… alouette.

  • Pour faire simple : Depuis combien de décennies est-on incapable de mettre les mots «Impala» et «élégance» dans une seule et même phrase?
  • Mais encore : Deux éléments prouvent que l’Impala rompt avec son passé : elle est assemblée sur la plateforme de la nouvelle Cadillac XTS (quand même!) et elle propose le e-Assist, un dispositif connu chez Buick qui permet de réduire la consommation de carburant en milieu urbain. Soulignons que l’Impala sera assemblée au Michigan, ainsi qu’à Oshawa en Ontario.
  • Déjà vu : À New York, au printemps dernier.
  • Quand et combien : À la fin du printemps; les prix n’ont pas encore été dévoilés.

3. Mercedes Classe B : Plus-plus-plus… pour le même prix
Une seconde génération de Mercedes Classe B nous revient après un hiatus d’un an, assemblée sur une toute nouvelle plateforme et dans une robe que les Européens nomment de «mono­space». Les Américains l’appellent, eux… euh, rien, puisque nos voisins du sud ne la distribuent toujours pas, cette Classe B.

  • Pour faire simple : Pour un prix de base similaire à la génération précédente, on obtient une voiture plus jolie, plus moderne et nettement mieux équipée.
  • Mais encore : Un seul moteur sera proposé, mais le bon : un quatre cylindres turbo de 208 chevaux, qui en est à sa première visite en Amérique du Nord et qui promet le 0-100 km/h en 6,8 secondes. Avec son dispositif stop-start, il promet également du 6,8 L/100 km en combiné.
  • Déjà vu : La Mercedes Classe B roule depuis peu en Europe.
  • Quand et combien : Ces semaines-ci, à partir de 29 900 $.

4. MINI Paceman : Un 7e modèle dans la famille british
Septième modèle à faire son entrée dans la famille british (quand même détenue par l’allemande BMW), la MINI Paceman est le seul modèle de la marque, outre la Countryman, à dépasser quatre mètres de long et à proposer la traction intégrale (All4).

  • Pour faire simple : La MINI Paceman est une MINI Countryman, mais avec deux portières en moins. Même allure robuste et musclée, même garde au sol rehaussée.
  • Mais encore : Comme pour à peu près toutes les MINI, deux versions seront d’abord proposées. Celle de base disposera d’un quatre cylindres de 121 chevaux, et la «S» comptera sur un turbo développant 181 chevaux.
  • Déjà vu : Lancée au Salon de Paris en septembre, montrée à Los Angeles en novembre.
  • Quand et combien : Débarque au printemps prochain, à partir de 26 800 $.

5. Porsche Cayman : C’est en dedans que ça se passe…
De l’extérieur, les changements de troisième génération apportés au coupé deux places à propulsion sont subtils : prises d’air plus larges à l’extrêmité des portières et hayon à courbure plus lisse, notamment. Dedans, les changements sont plus flagrants. Placez côte à côte l’ancien et le nouvel habitacle, et vous aurez l’impression que plus d’une génération les sépare.

  • Pour faire simple : Une Boxster à toit rigide. Même ADN de conduite — palpitante.
  • Mais encore : Deux six cylindres boxer (275 chevaux et 325 chevaux) sont offerts, auxquels s’annexe le dispositif stop and start (qui fait s’éteindre le moteur aux arrêts). Autres nouveautés : le régulateur de vitesse adaptatif et la clé intelligente — enfin, diront certains…
  • Déjà vu : À Los Angeles, en novembre.
  • Quand et combien : Débarque très tôt ce printemps, à partir de 59 900 $ (72 900 $ pour la Cayman S).

6. Forester 2014 : L’utilitaire qui en a – maintenant – l’allure
Cette quatrième génération de Subaru Forester ne réinvente pas la catégorie (une catégorie créée par… elle-même!), mais ses fans seront heureux de découvrir une silhouette moins «wagon», beaucoup plus «utilitaire». On dit adieu (enfin) à la boîte automatique quatre rapports, mais il faudra composer avec la transmission à variation continue (CVT)…

  • Pour faire simple : La légendaire traction intégrale est toujours au rendez-vous — avec un nouveau mode «X» à découvrir…
  • Mais encore : Oui, la variante survitaminée XT est reconduite — mais sans trappe d’air au capot. Sous ce dernier, on remarque le moteur boxer de la sportive Subaru BR-Z, auquel on annexe un turbo pour 250 chevaux. (Ça promet pour le petit coupé…)
  • Déjà vu : À Los Angeles, en novembre.
  • Quand et combien : Début avril. À partir de 26 000 $.

7. Volkswagen Jetta Hybrid : En retard au «party», mais…
Volkswagen arrive en retard au «party» des hybrides — 12 ans plus tard… mais il le fait avec sa berline compacte Jetta qui, contrairement aux autres hybrides, pourrait bien ne pas décevoir quant aux réductions de carburant annoncées. Qui plus est, nous vous confirmons qu’elle est beaucoup plus intéressante à conduire que ses concurrentes…

  • Pour faire simple : Avec sa Jetta Hybrid, mais aussi sa Jetta TDI (diesel) et ses Jetta à motorisation classique, Volkswagen est un des seuls constructeurs automobiles à faire le tour du chapeau.
  • Mais encore : Contrairement à la compétition hybride, pas de CVT pour la Jetta Hybrid. Plutôt, on a droit à la boîte à double embrayage (DSG) de sept rapports, qu’on apprécie sur les autres modèles Volkswagen — et même Audi. Le petit moteur à essence de 1,4 litre hérite également d’un turbo — une autre rareté chez les hybrides.
  • Déjà vu : À Détroit, en janvier 2012.
  • Quand et combien : Ces semaines-ci, à partir de 27 875 $.

8. Kia Forte : Ben ben Forte sur les équipements…
Fidèle à la tradition coréenne, la troisième génération de Kia Forte s’amène (d’abord en variante berline) avec des équipements qui ne figurent habituellement pas au catalogue des voitures compactes. Pensez sièges avant ventilés, banquette arrière chauffante, climatisation bizone.

  • Pour faire simple : C’est une des plus jolies compactes du marché actuel. Et pour cause : y a du Peter Schreyer là-dessous, le designer allemand à qui on doit la première Audi TT (il bosse maintenant pour Kia).
  • Mais encore : Kia mise sur l’économie d’essence plus que sur la performance, et c’est pourquoi le moteur de base de la nouvelle Forte devient moins puissant (de 156 à 148 chevaux). L’autre quatre cylindres demeure à 173 chevaux, mais son couple diminue substantiellement (de 168 lb-pi à 154 lb-pi).
  • Déjà vu : À Los Angeles, en novembre.
  • Quand et combien : Au printemps, prix non encore dévoilé.

9. Ford Fiesta : un premier «trois cylindres» pour Ford
Le Salon de Montréal accueille la nouvelle génération de Ford Fiesta, une sous-compacte qui aura l’honneur d’être propulsée par le tout premier moteur trois cylindres (un Ecoboost de 1,0 litre) offert par Ford — un constructeur pourtant centenaire!

  • Pour faire simple : Il s’agit d’un petit moteur, mais qui développe 123 chevaux grâce à la turbocompression. C’est le quatrième moteur «Ecoboost» de Ford.
  • Mais encore : Ford s’est distinguée ces dernières années par ses innovations technologiques, et la nouvelle Fiesta ne sera pas en reste. La petite voiture pourra être équipée comme une grande — pensez communication Sync, écran tactile, reconnaissance vocale, clé programmable…
  • Déjà vu : À Los Angeles, en novembre.
  • Quand et combien : Plus tard cette année, mais on n’en connaît pas encore le prix.

10. Mitsubishi Mirage : Primeur mondiale à Montréal
Le Salon de Montréal n’accueille qu’une seule primeur nord-américaine, mais au moins, il en accueille une. Il s’agit de la Mitsubishi Mirage, une sous-compacte cinq portes à hayon fabriquée en Thaïlande (ça, c’est une rareté pour nous), qui roule au Japon depuis six mois seulement et qui débarquera au Canada àla fin de cette année. Les États-Unis ont mis du temps à décider s’ils offriraient ou pas la petite voiture de 3,7 m. Ils auraient finalement dit «oui, on la veut», mais ce ne sera qu’au Salon de New York, en avril prochain, qu’ils lui jetteront un premier coup d’œil en «chair et en acier». Petite note: il est possible que ce modèle s’appellera plutôt Mitsubishi Colt sur notre marché.

Aussi dans Automobile :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!