Métro

Le leadership, ce n’est pas un «piton sur lequel on pèse», selon Éric Paquette, président-cofondateur de l’Institut de leadership en gestion. Il estime que chaque bon leader doit absolument incorporer quatre ingrédients incontournables à leur recette pour être efficaces et aptes à mobiliser leur équipe.

L’Institut de leadership en gestion est une école de formation de haut niveau destinée aux gestionnaires québécois où plusieurs personnalités de renom viennent partager leur expérience. Il enseigne également depuis maintenant plus de dix ans les principes économiques à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal.

Selon lui, bien qu’«il existe autant de recettes que de leaders», chacun d’eux doivent avoir au moins avoir les mêmes quatre ingrédients-clés: savoir écouter, avoir assez de confiance en soi pour diriger, dire pourquoi et être généreux.

«Le leadership, c’est de l’art. Ce n’est pas un piton sur lequel on pèse, c’est pas mal plus abstrait et compliqué.»

Savoir écouter
Le professeur estime qu’un bon leader doit savoir écouter. Il doit d’abord savoir s’écouter lui-même pour se connaître, puis savoir écouter les autres, comme ses employés.

«Si on ne se connaît pas soi-même, c’est difficile d’inspirer les autres, affirme-t-il. Aussi, il faut savoir écouter, pas pour répondre, mais pour comprendre.»

Principale erreur
Éric Paquette croit que la principale erreur des leaders est de croire que leur recette sera toujours bonne, ce qui n’est malheureusement pas le cas. C’est là, selon lui, que l’écoute prend tout son sens. Elle permet de prendre conscience des changements qui les entourent et ainsi, pouvoir modifier leur recette.

«Il faut être à l’écoute de ce qui se passe et de ses employés», conseille-t-il.

Avoir du courage
Être un leader, c’est aussi être courageux, selon le fondateur de l’Institut de leadership en gestion.

«Il faut avoir le « guts » de prendre des décisions et ça prend du courage pour le faire, et, le courage, ça prend de la confiance en soi […] Et ce n’est pas parce qu’on se plante que c’est impossible de se reprendre», mentionne-t-il.

Dire pourquoi
Un leader doit aussi être un bon communicateur, estime Éric Paquette. Surtout, ils doivent prendre le temps d’expliquer.

«Trop de leaders disent le quoi et le comment,  alors que le plus important, c’est le pourquoi. Surtout avec les nouvelles générations», affirme-t-il.

Selon lui, expliquer le sens de ce qui est demandé est une formule gagnante pour que les troupes se sentent impliquées et se donnent à 100%.

«L’éviter, c’est éviter l’essentiel», prévient-il.

Être généreux
Un leader se doit aussi d’être généreux, selon le professeur, puisque la générosité du patron attire la générosité des employés.

«Être employeur et être généreux les deux en même temps, ça se peut», dit-il.

Il estime aussi qu’un patron a tout intérêt à valoriser son personnel.

«Ça fait plaisir, ça ne coûte rien et ça ne prend pas de temps», relève-t-il.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!