Porter jour après jour des vêtements identiques au bureau comporte de nombreux avantages; au point que plusieurs personnalités se sont elles-mêmes approprié un code vestimentaire pour s’attirer les bienfaits du port de l’uniforme. Seriez-vous prêt à faire le saut?

L’ancien président des États-Unis Barack Obama ne portait que des complets bleus ou gris. Le célèbre fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, restreint son habillement à un chandail gris et à une veste noire. Il en va de même pour le défunt cofondateur d’Apple, Steve Jobs, qui portait toujours un jean Levi’s accompagné d’un de ses 100 cols roulés noirs.

«Je ne veux pas prendre de décisions sur ce que je porte ou sur ce que je mange, car j’ai beaucoup trop d’autres décisions à prendre», avait à l’époque expliqué le 44e président des États-Unis au magazine Vanity Fair.

Il ne s’agit pas là d’une habitude strictement masculine: la directrice de création new-yorkaise Matilda Kahl a aussi raconté son expérience dans le Harper’s Bazaar. Chaque jour, elle porte un chemisier de soie blanche agrémenté d’une boucle au cou et un pantalon noir, un uniforme qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui du designer Karl Lagerfeld…

Garder son énergie pour d’autres décisions
L’explication d’Obama trouve écho dans le raisonnement du chercheur américain en psychologie sociale, Roy F. Baumeister. Les études de ce dernier démontrent que plus il y a de choix à faire au cours de la journée, plus le cerveau de l’humain se fatigue et plus les décisions qui suivent sont irraisonnées et impulsives. C’est ainsi que Beaumeister a donné naissance au concept de «fatigue de la décision».

«Les gens qui ont du succès ne prennent pas de meilleures décisions grâce à leur volonté. Ils développent plutôt des habitudes qui réduisent le nombre de décisions qu’ils doivent prendre et, donc, le stress», explique-t-il dans un article intitulé «Willpower: Rediscovering the Greatest Human Strength».

Le psychologue conseille donc d’éliminer toutes les petites décisions auxquelles nous sommes confrontés quotidiennement, comme le choix de nos vêtements, afin de ménager notre esprit pour les décisions plus importantes.

Le temps, c’est de l’argent!
Il suffit de multiplier la dizaine de minutes qu’on prend chaque matin pour se vêtir par les 365 jours de l’année pour se rendre compte que nous consacrons beaucoup d’énergie à nos vêtements.

Selon une étude menée par la chaîne de magasins britannique Marks & Spencer, les hommes passent l’équivalent de trois jours en moyenne par année à se demander quoi porter entre l’âge de 18 et 60 ans. Du côté des femmes, la moyenne grimpe à quatre jours. C’est sans compter le temps consacré à de longues séances de magasinage, qui riment bien souvent avec acquisitions éphémères.

Si le temps, c’est de l’argent, comme le veut l’expression, le port de l’uniforme permet d’épargner 6% de son budget total. Selon les chiffres recensés par Statistique Canada, les Québécois et les Canadiens ont dépensé près de 3000$ en vêtements en 2015.

Diminuer le stress
Sentiment d’appartenance, abolition des préjugés liés à la tenue vestimentaire et diminution du stress complètent les avantages liés au port de l’uniforme. Qui ne s’est jamais changé mille et une fois en se demandant si sa tenue était appropriée?

Alors que plusieurs plaident que les vêtements témoignent de notre personnalité, les Steve Jobs, Mark Zuckerberg et Barack Obama de ce monde prouvent qu’un code vestimentaire peut aussi bien façonner notre identité. Et la capacité de ces derniers à prendre des décisions s’en trouve en plus accrue.

Après tout, opter pour un uniforme, c’est éliminer 365 décisions par année!

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!