Il faut développer une compréhension lucide de chacune des questions, puis préparer, pour chaque entrevue, des réponses adaptées.

«Votre candidature était vraiment très intéressante, mais nous avons finalement décidé de combler le poste à l’interne.» Le fameux accusé de déception… Parfois, ce type de réponse permet à l’employeur d’écarter gentiment un candidat sans avoir à lui expliquer les raisons plutôt subjectives qui ont motivé son choix final.

L’employeur utilisera, la plupart du temps, un aspect technique du poste pour justifier son refus de vous embaucher. Il n’y a pas lieu de s’alarmer après seulement deux ou trois refus, puisqu’en moyenne, vous devriez obtenir le fameux oui à votre sixième ou septième entrevue, c’est-à-dire quand vous aurez accumulé suffisamment de bagage pour naviguer avec aplomb et stratégie parmi les récifs que comporte le questionnaire d’entrevue.

Est-ce que cela signifie que toute question d’entrevue doit être perçue comme un piège? Absolument pas! Elles doivent plutôt être envisagées comme des occasions de se vendre, de démontrer l’adéquation parfaite entre son profil professionnel et celui du poste à combler. Même les questions les plus négatives.

Comment arriver à transformer les questions d’entrevue en autant de petits tremplins pour faire bondir votre valeur aux yeux de l’employeur? Il suffit de développer une compréhension lucide de chacune d’elles, puis de préparer, pour chaque entrevue, des réponses parfaitement adaptées qui respecteront votre plan de match. Même si c’est votre interlocuteur qui pose les questions, c’est vous qui décidez, par vos réponses, quelles informations il écrira sur son questionnaire!

Vous voulez un exemple de la façon de passer son message même en ne contrôlant pas le choix des questions? Ce soir, au bulletin de nouvelles de 18 h, observez attentivement comment les politiciens arrivent à transmettre exactement l’information voulue, peu importe les questions posées… Les journalistes leur demanderont de se prononcer sur tel ou tel scandale, mais ils profiteront plutôt de la présence des caméras pour vanter leur plus récent bon coup!

Certains chercheurs d’emploi croient pour leur part qu’il est impossible de se préparer pour une entrevue puisqu’on ne connaît pas les questions à l’avance. Effectivement, on ne les connaît pas toutes. Par contre, il est possible non seulement de prévoir certaines questions, mais également dans quel ordre elles seront posées!

Pour plus d’information, visiter monemploi.com.
Cette chronique est un service de Septembre éditeur.

Aussi dans Carrières:

blog comments powered by Disqus