Depuis septembre, les traducteurs juridiques et les juristes-traducteurs peuvent parfaire leurs compétences grâce au certificat d’études supérieures en traduction juridique offert par l’Université McGill.

«Le Canada et le Québec sont des juridictions bilingues, donc il y a un besoin pour des gens qui ont une expertise en transfert linguistique dans un contexte juridique», souligne James Archibald, directeur sortant de l’unité de traduction de l’École d’éducation permanente et concepteur du programme. «Il s’agit de passer d’une langue à l’autre, mais aussi d’un système culturel à l’autre, afin de rendre le texte compréhensible par des publics très différents allant des juges au grand public.»

Ainsi, des cours portent sur le contexte glottopolitique – les effets du politique sur la linguistique –, les institutions et la coécriture jurilinguistique. «Dans la tradition canadienne, les textes législatifs sont traduits d’une langue à une autre, mais la tendance dans d’autres juridictions – surtout en Europe – est que tous travaillent en même temps afin de rédiger un même texte qui est compréhensible par les différentes parties prenantes», explique le professeur Archibald.

L’utilisation de plusieurs techniques et logiciels est également enseignée. Des stages pratiques sont possibles, notamment avec le Jeune Barreau de Montréal et la revue de droit international de McGill, Inter Gentes. Imaginé en fonction des étudiants-travailleurs détenteurs d’un diplôme de premier cycle, le certificat peut être réalisé en un à trois ans et débuter à l’automne ou à l’hiver.

«Notre principe est la flexibilité, autant pour les horaires que pour la langue d’enseignement, car les étudiants sont plurilingues, ou au minimum bilingues», note James Archibald. Et tous ont réussi l’examen d’admission axé sur leurs capacités à synthétiser et à rédiger des textes.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!