Travailler dans un espace baigné de lumière naturelle serait bon pour le moral, si on en croit une étude de l’université de l’Illinois. Chose certaine, ce genre d’environnement a la cote, tant auprès des start-up que des entreprises bien établies. Visite guidée de trois bureaux qui misent sur la luminosité.

Coalision
Il y a maintenant deux ans que Coalision, qui fabrique et distribue les vêtements de marque Lolë et Paradox, a déménagé ses bureaux de la Rive-Sud dans un immeuble patrimonial du Vieux-Montréal. Nouvellement rénové, le Château Viger n’a rien de la «tour de bureaux anonyme», a indiqué le PDG Bernard Mariette en entrevue avec le journal Les Affaires. Les aires de travail du deuxième étage laissent tout particulièrement entrer la lumière et les matériaux nobles – le bois, la pierre – sont mis en valeur par la quincaillerie jaune Lolë, comme c’est le cas de l’immense escalier du hall. À noter que le design de ces bureaux est signé Sid Lee.

Vedette des bureaux de Coalision : l’escalier jaune Lolë. Photo: Mario Beauregard/Métro

OVH

Les bureaux de cette société d’hébergement internet évoquent l’esthétisme scandinave avec ses revêtements de bois blond – du cèdre – et ses murs immaculés. Réaménagé par Atelier Pierre Thibault, l’étage entier est d’ailleurs délimité par ce qui est décrit comme un «quai en bois de cèdre», à la fois espace de socialisation et lieu de travail convivial selon les besoins. Les divisions sont quant à elles assurées par plusieurs végétaux et des cabines de bois mobiles qui «s’assemblent et se déplacent», souligne le jury des Grands Prix du design Montréal, qui a octroyé au cabinet d’architecture une mention pour ce projet l’année dernière.

Les bureaux d’OVH ont été réaménagés par Atelier Pierre Thibault. Photo: Collaboration spéciale/Atelier Pierre Thibault

Droit diaphane

En regardant les photos de ce bureau d’avocats si lumineux, difficile de croire que le lieu était sombre et conventionnel avant l’intervention de Jean-Maxime Labrecque. L’architecte a d’ailleurs remporté un prix d’aménagement intérieur (catégorie bureau de 5 000 pi2 ou moins) pour ce projet. «Utilisant au maximum la base du lieu, Jean-Maxime Labrecque a sablé puis poli le plancher de béton, peint au préalable, pour lui redonner son aspect industriel d’origine. Les meubles de travail en aluminium anodisé ont été conçus sur mesure. Et le blanc des bureaux contraste avec le noir monolithique de la salle de conférence, dominé par un jeu de lumière exceptionnel», décrit-on sur le site des Grands Prix du design Montréal.


Des bureaux blanc et noir qui laissent filtrer la lumière naturelle. Photo: Collaboration spéciale/ Jean-Maxime Labrecque

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!