Robert Laplante Jean-Paul Trudel

Septembre 2013 : une date importante pour ceux qui entreprendront le DEP en conduite de procédés de traitement de l’eau. En effet, c’est à ce moment que la nouvelle version du programme sera officiellement mise en place. Une nouvelle version qui ne différera pas tellement de l’actuelle, estime Jean-Paul Trudel, enseignant au Centre de formation Paul-Gérin-Lajoie de la commission scolaire des Trois-Lacs, l’unique établissement qui dispense la formation au Québec.

«Je dirais plus qu’il s’agit d’une réactualisation pour tenir compte de l’évolution de la profession», précise-t-il. Que ce soit une nouvelle version ou une réactualisation, l’objectif reste le même : former des professionnels du traitement de l’eau potable, une fonction essentielle dans nos sociétés.

«Attention! Nous ne formons pas que des gens qui s’occupent du traitement de l’eau potable, ajoute M. Trudel. Nous touchons aussi aux eaux usées. La première année est consacrée à l’eau potable, et la deuxième, aux eaux usées. Nous abordons ces deux volets pour donner aux élèves plus de chances d’avoir un emploi. Dans les petites municipalités, les opérateurs ont souvent à faire les deux.»

La formation demande des notions de chimie, d’hydraulique, d’électricité, de génie civil, et une connaissance des produits et des analyses chimiques. «On leur donne les notions de base, on les initie aux travaux et aux analyses de laboratoire», précise-t-il. Les élèves acquièrent bien sûr la compréhension nécessaire à l’opération d’un procédé, mais ils acquièrent surtout de la rigueur.

C’est peut-être d’ailleurs le développement d’un esprit rigoureux qui rend le programme exigeant. «Nos décisions peuvent avoir des conséquences sur la santé publique ou sur l’environnement. On ne peut pas faire n’importe quoi», avertit M. Trudel.

Une responsabilité importante qui n’empêche pas l’enseignant de parler de son domaine avec une passion contagieuse «C’est un superbe métier. Il y a beaucoup à faire dans le traitement des eaux.»

Boîte à outils

  • Nombre d’heures de formation : 1 800
  • Institution qui donne la formation : Centre de formation professionnelle Paul-Gérin-Lajoie, à Vaudreuil (le seul établissement qui donne la formation au Québec).
  • Taux de placement (selon les données de 2009) : 94,1 %
  • Salaire en débutant (selon les données de 2009) : 22,46 $/heure à la Ville de Montréal (opérateur d’une usine d’épuration), 22,80 $/heure à la Ville de Montréal (contrôleur d’usine de filtration), 20,75 $/heure dans le secteur privé

 
Sources :
www.inforoutefpt.org
www.metiers-quebec.org

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!