Pilote de ligne

Chaque année, le site d’emploi américain CareerCast publie la liste des 10 métiers les plus stressants en fonction de divers critères tels que l’environnement de travail, le salaire, la perception du futur, le stress ressenti et la condition physique des travailleurs. Métro s’est penché sur ces 10 métiers pour comprendre quels sont leurs facteurs de stress.

1. Pilote de ligne

Les pilotes de ligne sont en tête de ce classement, en partie en raison de la dangerosité de leur métier. «Les pilotes assument l’entière responsabilité des passagers : ils doivent avoir un bon jugement et prendre en compte la vie des centaines de passagers à bord à chacune de leurs décisions», remarque Catherine Dagenais, conseillère d’orientation.

La notion de rapidité est également un facteur dé­terminant pour réagir aux imprévus. «Les pilotes font de longues heures de travail et doivent souvent être présents à l’aéroport avant et après le vol», ajoute Mme Dagenais.

Qualités requises : autonomie, réactivité, résistance au stress, sens des responsabilités

2. Spécialiste des relations publiques

En tant que représentant d’une marque, d’une entreprise ou d’une personnalité publique, le spécialiste des relations publiques ne doit pas avoir peur d’aller au-devant de foules parfois hostiles à son égard.

«Lorsqu’il est politique, le chargé de relations publiques doit être à l’affût de l’actualité 24 heu­res sur 24; rien ne doit lui échapper», résume Catherine Dagenais. Il doit être capable d’anticiper ce que les gens vont penser pour rattraper un mauvais buzz, tout en restant à la merci de son patron. «Il faut être disponible et pouvoir effectuer de longues heures de travail et des déplacements», estime-t-elle.

Qualités requises : bonne communication, résistance au stress, force de persuasion, respect des échéances

3. Cadre

Pris entre le besoin de satisfaire les exigences des actionnaires à court terme et à long terme, «le cadre doit savoir jongler entre les deux parties tout en prenant rapidement des décisions», fait valoir Judith Moreau, conseillère en orientation chez Brisson Le­gris.

Ce sont souvent de bourreaux de travail qui font de longues heures et qui ont de la difficulté à séparer leur emploi de leur vie de famille. En témoignent notamment les coups de fil ou les courriels échangés à toute heure sur leur Blackberry.

Qualités requises : capacité de jouer sur plusieurs tableaux, diplomatie, endurance, vision stratégique

4. Photojournaliste

Plongé dans le feu de l’action au quotidien, le photojournaliste voyage beaucoup, souvent dans les pays en guerre, et doit pouvoir travailler de longues heures. «Il doit toujours être sur le qui-vive et se rendre disponible rapidement, car l’actualité n’attend pas», explique Judith Moreau.

En raison de la compétition entre les différents médias, le photojournaliste cherche toujours à arriver le premier sur les lieux d’un événement. Témoin d’accidents ou de guer­res, il doit s’habituer à voir et à commenter des événements jugés traumatisants. Son rythme de travail est difficilement compatible avec la vie de famille.

Qualités requises : persévérance, vision artistique, disponibilité

5. Présentateur de nouvelles

Avec l’actualité qui va très vite, le présentateur est filmé en direct et doit improviser tout en mesurant le choix des mots qu’il utilise. «Comme il transmet un message à toute la population, il doit aus-

si s’adapter à son public», précise Catherine Dagenais. Compte tenu de l’importance des nouvelles qu’il annonce, un faux-pas peut lui être fatal, car sa marge d’erreur est très faible.

«Même si les chaînes ont des recherchistes, le présentateur doit s’assurer de la justesse de ses propos, puisque c’est lui qui a été choisi pour représenter la chaîne», reprend Mme Dagenais. Il doit aussi être capable de gérer les entrevues.

Qualités requises : vigilance, gestion du temps, improvisation, confiance, justesse

6. Chargé de compte en publicité

Face à une concurrence toujours plus importante sur le marché du travail avec l’arrivée constante de nouveaux talents, le chargé de compte doit constamment rester créatif et travailler le plus vite possible. «Il est responsable de la qualité du produit fini, mais il doit également respecter des échéances très importan­tes», affirme Judith Mo­reau.

La compétition se dé­roule aussi sur le marché où le char­gé de compte en publicité doit produire une publicité efficace et originale. Il doit souvent gérer tou­te une équipe de production et s’assurer que les exigences du client sont respectées.

Qualités requises : forte créa­tivité, gestion des échéances, connaissance du marché et des besoins du client

7. Architecte

Domaine qui nécessite un fort potentiel créatif, le métier d’architecte se démarque par des études et un processus de certification très longs, mais surtout par un sens des responsabilités très élevé : «L’architecte endosse plusieurs responsabilités établies par le Code civil du Québec et peut être responsable d’un projet jusqu’à cinq ans après sa conception», détaille Anick Mandalian, architecte associée à la firme Provencher Roy.

Car en plus d’être responsable d’un projet de A à Z, il doit également considérer les besoins, le budget et l’échéancier fixé par le client. «Sur un chantier, tout urge. Il faut donc savoir parer au plus pressé et établir des priorités», continue-t-elle.

Qualités requises : créativité, efficacité, sens des responsabilités

8. Courtier en valeurs mobilières

Le courtier reçoit beaucoup de pression de la part des clients dont il gère l’argent. «Malheureusement, il ne peut pas toujours prédire les fluctuations du marché et risque donc de s’attirer les foudres de ses clients», estime Judith Moreau, chez Brisson Legris. Or, son sa­laire est surtout basé sur des commissions généreuses, qu’il ne peut toucher que s’il réalise de bonnes ventes.

«De longues heures de travail sont aussi nécessaires pour se tenir au courant du marché et savoir où investir. Sans compter que lors­qu’il ne fait pas de transactions, il doit prévoir de rencontrer ses clients», résume Mme Moreau.

Qualités requises : savoir informer et convaincre dans des situations délicates, être réactif, être bon vendeur, avoir un excellent contrôle de soi

9. Ambulancier

Ce métier comporte un im­portant taux de roulement en raison des exigences phy­siques et psychologiques liées à l’urgence. «Il faut être libre pour faire des gardes de nuit et de fin de se­maine», souligne Judith Moreau. Les patients sont souvent en danger de mort : «Il faut prendre la meilleure décision possible pour les sauver immédiatement sans disposer d’examens approfondis», ajoute Catherine Dagenais.

Sans oublier la nécessité de gérer le stress après coup, sachant qu’il n’est pas possible de sauver tout le monde… «Je ne sais pas si ce classement est dans l’ordre, car j’aurais tendance à placer ce métier en haut de la liste!», nuance Mme Dagenais.

Qualités requises : résistance au stress, à la fatigue et aux émotions, bien réagir en cas d’urgence, autonomie en situation de crise

10. Courtier immobilier

Ayant fait le choix de l’indépendance, le courtier immobilier travaille souvent de soir, sur les heures de lunch ou la fin de semaine, c’est-à-dire aux moments où ses clients sont libres. «Nous sommes payés 100 % à la commission et les entrées d’argent sont donc irrégulières, explique Patrice Groleau, propriétaire et courtier à McGill Immobilier. Il faut aussi savoir gérer les déceptions lorsque des acheteurs achètent ailleurs après des mois de travail.» Car ces dernières années, la concurrence serait devenue de plus en plus agressive à Montréal. «Lorsqu’un mandat expire pour une propriété, des centaines de courtiers tentent de récupérer le mandat», affirme-t-il.

Qualités requises : disponibilité, flexibilité, écoute, sens de la persuasion, gestion des clients difficiles

Aussi dans Carrières :

blog comments powered by Disqus