Emploi. Patrick Groulx a récemment passé une journée avec des installateurs de systèmes de gicleurs, que l’on appelle aussi mécaniciens de protection contre les incendies.

Leur métier demeure peu connu, mais ceux qui ont recours à leurs services pour rendre leurs bâtiments plus sécuritaires sont à même de mesurer l’importance de leur travail.

Qu’il s’agisse d’un immeuble commercial, industriel, institutionnel ou résidentiel, ces ouvriers qualifiés y installent et réparent divers systèmes d’extinction automatiques.

En atelier, puis sur le chantier
Le travail commence généralement en atelier, où l’on prépare les tuyaux nécessaires. Sur le chantier, on procède à diverses tâches, par exemple l’installation d’un dispositif antirefoulement, qui empêchera l’eau stagnante du système de gicleurs de se mêler à l’eau potable. Et, surtout, on met en place la conduite principale, les tuyaux et les fameux gicleurs qui arroseront les flammes en cas d’incendie.

En plus des systèmes à eau que tout le monde connaît, on installe parfois des systèmes employant plutôt de la mousse ou de la poudre, selon la nature des feux qui pourraient survenir. Des «soupapes à déluge», destinées à fournir une grande quantité d’eau en peu de temps, sont tout indiquées pour les établissements où l’on trouve des matières inflammables. Enfin, une installation dite «à pré-action» peut protéger les lieux d’une décharge accidentelle d’eau. Utile pour les musées et les salles d’ordinateurs!

Formation : des professionnels recherchés
Au Québec, une seule école offre le DEP en Mécanique de protection contre les incendies : il s’agit de l’École Polymécanique de Laval. Le programme de 900 heures permet d’accéder à une carrière très attrayante pour quiconque aime le travail manuel. Ce domaine est en pleine croissance et le taux de placement des diplômés est de 95 %.

Jobs de bras
Pour voir Patrick Groulx à l’œuvre : ce soir 19 h à Ztélé!

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!