Getty Images/iStockphoto

Une campagne web lancée mardi vise à changer les attitudes et les mentalités face à la violence en milieu de travail.

En effectuant un sondage auprès de 2889 personnes occupant certaines catégories d’emplois à risque, publié en 2012, l’équipe de recherche VISAGE de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal a découvert que 67% d’entre elles avaient été victimes ou témoins de violence physique ou psychologique au travail. Les policiers, le personnel soignant et le personnel des transports urbains étaient touchés à près de 80%.

Une des conclusions de son étude est que cette violence est banalisée et sous-déclarée. Dans certains milieux de travail, elle est même taboue et normalisée. «Il y a un grand besoin de sensibilisation pour les travailleurs et les gestionnaires de certains milieux de travail, a affirmé Stéphane Guay, directeur de l’équipe de recherche VISAGE. On veut encourager les travailleurs à déclarer davantage les situations de violence et aider les organisations à développer des moyens pour aider leurs employés à faire face à ces évènements.»

Le site violenceautravail.ca offre donc de l’information sur la façon d’identifier la violence au travail, les raisons de déclarer les événements violents, l’obligation légale des employeurs et les ressources d’aide.

Perceptions
En 2012, 2889 travailleurs des affaires municipales, des affaires provinciales et de la santé et des services sociaux ont été interrogés au sujet de la violence au travail.

  • 32% pensent qu’ils seraient jugés par leurs collègues s’ils se plaignaient
  • 36% pensent qu’ils seraient jugés par leur employeur s’ils se plaignaient
  • 20% considèrent la violence comme étant normale dans leur travail
  • 18% pensent qu’il ne sert à rien de parler de la violence au travail à moins d’avoir une blessure apparente
  • 57% ne connaissent pas les politiques et les procédures pour obtenir de l’aide à la suite d’un événement violent

Capture d’écran 2014-09-02 à 20.33.54 Capture d’écran 2014-09-02 à 20.34.02

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!