Métro Les télétravailleurs apprécient particulièrement le fait de pouvoir terminer chez eux une tâche commencée au bureau.

On savait déjà que la flexibilité était très prisée des employés. Un nouveau sondage montre que les patrons brossent un tableau ni tout noir ni tout blanc du télétravail. Selon une étude de Microsoft Canada, même si un grand nombre d’employés désirent jouir de conditions de travail souples, les patrons ne les croient pas aussi efficaces lorsqu’ils sont à l’extérieur du bureau. En fait, seulement un quart des patrons canadiens interrogés ont l’impression que leurs employés sont plus productifs à distance qu’au bureau, une proportion qui tranche avec les 55 % d’employés qui se croient plus productifs à l’extérieur.

Parmi les principales raisons citées par les répondants en faveur du télétravail, mentionnons accomplir une tâche qui n’a pu être terminée au bureau (48 %); éviter les distractions (44 %); être plus productif qu’au bureau (35 %); et mieux équilibrer les priorités professionnelles et personnelles (35 %).

Près de la moitié des patrons interrogés (42 %) disent permettre à leurs employés de faire du télétravail. Mike Kennedy, vice-président d’Aon Hewitt et directeur national solutions et stratégies santé, est du nombre. «Étant donné que les employés travaillent de longues heures et tentent de maintenir l’équilibre entre travail et vie privée, les patrons qui offrent des espaces de travail flexibles ont le potentiel de devenir des employeurs de choix, croit-il. Un nombre croissant d’employés recherchent des conditions de travail souples et désirent pouvoir travailler à l’extérieur du bureau – en tout temps et partout, que ce soit à l’aéroport ou à l’aréna. Et à mesure que s’intensifie la concurrence pour se doter des meilleurs talents, plus particulièrement en ce qui concerne la nouvelle génération de travailleurs et la main-d’œuvre hautement expérimentée, les employeurs qui offrent peu de flexibilité pourraient être désavantagés.»

Selon l’étude, l’importance de se doter de technologies à jour est un aspect sur lequel tous s’entendent. Une écrasante majorité des patrons (95 %) et des employés (90 %) interrogés estiment très important de jouir des mêmes moyens lorsqu’ils travaillent à distance qu’au bureau. «Désormais, les organisations qui réussiront seront celles qui éliminent les barrières entre les gens, leur environnement de travail et les technologies», estime James Nicholson, spécialiste du déploiement Windows pour Microsoft Canada.

Le sondage en ligne a été mené en février auprès de 1 249 personnes, dont 607 employés et 642 patrons.

Sondage: faits saillants

  • L’étude a aussi révélé les côtés négatifs que les patrons associent au télétravail. L’impossibilité de se parler face à face (49 %), une baisse de concentration (26 %), une baisse de fiabilité (22 %) et une impression que moins de travail est effectué (22 %).
  • Les patrons sont beaucoup plus susceptibles que les employés de travailler dans des endroits publics. (62 % contre 34 %).
  • Les endroits où les patrons disent télétravailler le plus souvent : Leur voiture (46 %), les transports en commun (29 %) et les bars et restaurants (25 %).

Aussi dans Carrières :

blog comments powered by Disqus