Métro Un employé débutant mérite une rémunération moindre que son collègue plus vieux et plus expérimenté, mais le groupe de réflexion craint toutefois que cet écart menace la stabilité socio-économique à l’échelle nationale.

Les jeunes travailleurs sont les grands perdants de la montée des inégalités de revenus entre générations, lesquelles ne cessent de s’accroître depuis 30 ans. Une tendance qui pourrait mettre en péril la croissance et la cohésion sociale du pays, selon une étude du Conference Board du Canada.

«L’âge plutôt que le sexe est en train de créer un nouveau clivage dans notre société», a indiqué, par voie de communiqué, David Stewart-Patterson, vice-président du Conference Board et coauteur de l’étude Au bout du compte – Tendances relatives à l’inégalité des revenus entre les générations.

Des revenus stagnants
Les Canadiens de moins de 30 ans gagnent aujourd’hui considérablement moins bien leur vie que leurs aînés. D’après le rapport du Conference Board, les jeunes travailleurs gagnent à peine plus que leurs parents au même âge.

«La génération de Canadiens qui se trouve aujourd’hui au sommet de l’échelle des revenus a longtemps lutté d’arrache-pied pour des principes comme l’égalité de salaire pour un travail de valeur égale. Or, les enfants de cette génération font maintenant face à des rémunérations inférieures et à des prestations de retraite réduites, même s’il s’agit du même travail chez le même employeur», avance M. Stewart-Patterson.

Dans les faits, les revenus disponibles annuels des travailleurs âgés de 25 à 29 ans ont à peine augmenté de 1313$ au cours des trois dernières décennies, quand celui des 50-54 ans a grimpé de plus de 5000$ pour la même période. En outre, le revenu disponible des Canadiens âgés de 50 à 54 ans est aujourd’hui supérieur de 64% à celui des 25 à 29 ans, contre 47% en 1984.

Dommages collatéraux
Bien qu’il soit convenu qu’un employé débutant mérite une rémunération moindre que son collègue plus vieux et plus expérimenté, le groupe de réflexion craint toutefois que ce clivage ne menace la stabilité socio-économique à l’échelle nationale.

«Cette tendance pourrait se révéler lourde de conséquences pour les employeurs, les syndicats, les gouvernements et les collectivités, prévient M. Stewart-Patterson. Si les gains des jeunes travailleurs restent à la traîne, on risque aussi de voir, au sein de notre société, des conflits croissants entre ceux, plus âgés, qui sont mieux nantis, et ceux, plus jeunes, qui le sont moins.»

Avec des jeunes travailleurs plus endettés d’une part et le départ imminent des baby-boomers à la retraite d’autre part, cette iniquité salariale pèse comme une épée de Damoclès sur la société canadienne. Avec moins de personnes actives sur le marché du travail et des salaires qui évoluent peu, les recettes fiscales risquent de connaître une baisse radicale remettant en question le financement des services publics, concluent les auteurs de l’étude.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!