Collaboration spéciale Plusieurs dizaines de personnes se sont opposées à la fermeture de la Bambinerie.

La nouvelle est tombée, surprenante: après plus de 35 ans d’existence, la Bambinerie St-Laurent, sur la rue Salk à Montréal-Nord, fermera ses portes. Pour des centaines de familles, c’est la fin d’une époque.

Une cinquantaine de parents et d’enfants se sont donné rendez-vous à l’hôtel de ville lundi soir dernier afin de s’opposer à la fermeture de ce lieu d’apprentissage et de rencontres. Véronique Tanguay est une des mères qui y était, abasourdie par la nouvelle : «Je fréquentais moi-même la Bambinerie, il y a déjà plus de 30 ans. Mes trois enfants en ont aussi profité. C’est une très triste nouvelle», se désole-t-elle.

La Bambinerie est un lieu de rencontre pour les enfants de 0 à 5 ans, qui sont invités à venir passer un avant-midi de jeux libres et d’activités organisées par une animatrice. Des sorties sont également prévues. Il ne s’agit pas d’une garderie, puisqu’un adulte responsable doit rester sur les lieux. «C’est une manière de passer du temps de qualité avec son enfant, et de lui faire découvrir une variété de choses», explique Véronique Tanguay.

Le maire de l’arrondissement, Gilles Deguire, affirme que ce n’est pas de gaieté de cœur que la décision a été prise: «La Bambinerie, c’est quasi-historique. Mais c’est aussi un grand local entretenu, et utilisé seulement 8h par semaine», dit-il. Il mentionne que de nombreux organismes communautaires, notamment pour les adolescents, cherchent désespérément une telle ressource dans la ville.

Il faut dire qu’avec l’arrivée des CPE et la multiplication des ressources pour les familles, la popularité de la Bambinerie n’est plus ce qu’elle était. À l’époque, Montréal-Nord en comptait d’ailleurs trois, qui petit à petit ont fermé leurs portes, faute d’intérêt. La dernière Bambinerie de Montréal-Nord a d’ailleurs déjà été menacée de fermeture il y a environ dix ans, mais la passion de la population a eu raison de la décision des élus.

C’est le miracle que souhaitent à nouveau les parents. «Pour nous, cet endroit va au-delà des enfants. J’y ai vu des parents se construire un réseau de partage, de soutien et d’entraide. J’y ai vu des gens de toutes origines se côtoyer, s’unir, partager et briser les barrières de l’exclusion», dit Emmanuelle Lang, une autre mère.

Le maire se dit ouvert à la discussion. Il convie d’ailleurs le comité des parents de la Bambinerie à une consultation en collaboration avec Claudel Toussaint, directeur de la culture, des sports, des loisirs et du développement social de l’arrondissement Montréal-Nord, afin de trouver des pistes de solution.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!