Les travailleurs qui prennent le temps de s’arrêter quelques instants afin de témoigner leur reconnaissance à ceux qu’ils côtoient ou qui les ont aidés ont constaté que cette démarche a de nombreux bienfaits. Parce que oui, dire merci, ça peut rapporter gros!

«Quand on parle de reconnaissance au travail, on associe souvent cela au système de récompenses et de bonus, mais moins à la gratitude, un terme qui est du domaine des relations humaines», constate Jean-Philippe Bouchard, président de Spiralis, un cabinet de consultation et de coaching spécialisé en communication, en leadership et en gestion des conflits.

Bénéfique et contagieuse
Les bienfaits de la gratitude au travail sont pourtant nombreux. Se sentir reconnu et soutenu amène à donner plus de sens à son travail, renforce l’estime de soi et la motivation. Au travail, cela instaure un climat plus sain et propice à l’innovation. Mais exprimer sa gratitude à ceux que l’on côtoie est également bénéfique pour soi-même. «Cela permet d’attirer l’attention sur ce qui est positif autour de soi, alors qu’on est naturellement conditionné à retenir ce qui ne va pas», explique M. Bouchard.

Certaines entreprises ne font rien pour favoriser la gratitude. Un salarié peut tout de même le faire à sa mesure pour lancer un mouvement qui finira par gagner ses collègues.

Comment s’y prendre?
Témoigner sa gratitude va au-delà du simple fait de dire merci. «C’est nommer toutes les actions qui ont eu un effet positif pour moi, mais c’est aussi expliquer son ressenti et l’impact que cela a eu pour moi», précise-t-il. Par exemple, il ne s’agit pas de se contenter de remercier son collègue de nous avoir envoyé son rapport, mais de dire: «Ton rapport était précis et complet, ce qui m’a permis de gagner du temps dans la préparation de ma réunion et d’y assister sans me stresser à l’idée que l’on puisse me poser une question dont je ne connaîtrais pas la réponse.»

Pour y parvenir, il vaut mieux préparer son commentaire plutôt que d’attendre d’être devant la personne pour improviser un remerciement. Le choix du moment est important. Si on exprime sa gratitude à un collègue pressé de partir à son rendez-vous, il y a un risque qu’il ne nous écoute pas vraiment.

La gratitude peut également se témoigner en privé ou en public. «Le dire en face à face renforce la relation entre les deux personnes, estime M. Bouchard. Le faire en public fait en sorte que cette reconnaissance est entendue par d’autres gens et que ceux-ci sont donc encouragés à faire de même.»

Insister au besoin
Certaines personnes ont du mal à accepter les compliments et répondent à un remerciement par un «C’est normal, je ne fais que mon travail » ou un «Ce n’est rien, cela ne m’a pas demandé beaucoup d’efforts». «Si l’autre banalise son action, on répond en insistant: “Je sais que tu es payé pour faire cela, mais je tiens à ce que tu saches que ton travail fait une grosse différence pour moi’’», indique M. Bouchard.

Pour qu’exprimer sa gratitude soit réellement bénéfique, il faut que la démarche soit sincère. «C’est impératif, sinon l’autre le percevra, souligne M. Bouchard. L’être humain est équipé pour ressentir la sincérité.»

En somme, la gratitude doit être gratuite pour être payante!

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!