Métro Un de vos rôles comme employé est de parvenir à combler les faiblesses de votre patron sans le crier sur tous les toits.

Penser comme un patron quand on est employé permet de comprendre ses priorités et de prendre des initiatives en conséquence. Cette façon de faire a un nom : le management ascensionnel.

Avant toute chose, il est bon de mentionner qu’on ne parle pas ici de «gérer» son supérieur, mais bien de la relation avec celui-ci. Une précision qui évitera de nombreux combats de coqs. Voici les cinq commandements qui, s’ils sont suivis, vous aideront à attirer les bonnes grâces de votre gestionnaire.

1. De ses gestes tu apprendras
Pour cerner ce qui est important pour votre patron, nul besoin d’une boule de cristal. Vous n’avez qu’à observer ses comportements et en tirer des conclusions. Il ne comprend que si vous lui présentez des chiffres? Rien ne sert alors d’aller à contre-courant et de lui soumettre l’analyse qualitative d’une situation. Il arrive toujours en avance à une rencontre? Cela peut indiquer qu’il s’attend à la même ponctualité de la part des autres. Plus vous arriverez à lire entre les lignes, meilleurs seront vos rapports.

2. Son poste tu ne convoiteras pas
Un commandement en apparence simple. Bien sûr, personne ne peut condamner quelqu’un d’ambitieux d’espérer un jour monter dans la hiérarchie. Toutefois, si votre comportement laisse trop transpirer votre désir, une méfiance s’installera entre vous et votre supérieur. Le maintien de bonnes relations repose d’abord sur la confiance.

3. De l’aide tu lui apporteras
Non, vous ne devez pas une obéissance servile à votre patron. Comme tout le monde, il possède ses forces et ses faiblesses. Si vous arrivez déjà à les reconnaître, c’est que vous êtes une personne ouverte et observatrice. Et c’est un excellent point de départ pour user avec doigté du management ascensionnel. Votre rôle comme employé : parvenir à combler ses faiblesses, sans le crier sur tous les toits. Par exemple, s’il présente souvent des documents criblés de fautes, vous pourriez lui offrir de les corriger. L’objectif ici consiste à tirer profit de vos compétences de manière à lui faire gagner du temps, chose que tout bon patron recherche. De plus, cette façon de faire aura un effet positif double : d’un côté vous le ferez bien paraître et il vous en sera reconnaissant, de l’autre vos forces à vous seront mises en valeur.

4. Son rythme tu t’imposeras
Certains prônent l’efficacité, d’autres le souci du détail, ou encore, certains prennent des décisions mûrement réfléchies, quand d’autres improvisent. Ce n’est pas que votre personnalité ne compte pas, c’est que peu importe votre perfectionnisme, cela ne fait pas vibrer sa corde sensible. Comme dans toute relation humaine, les compromis demeurent la clé de la bonne entente. Sachez choisir vos batailles.

5. Loyal envers lui tu seras
Le rôle d’un gestionnaire consiste à prendre des décisions, dont certaines ne font pas toujours l’unanimité. Vous pouvez vous opposer à celles-ci, mais au bout du compte, c’est lui qui a le dernier mot. Une entreprise ressemble à une société. Si tous ne suivaient pas les règles, ce serait l’anarchie. Dans le livre Was your Boss Raised by Wolves? : Surviving the Organizational Food, Gerald M. Groe souligne que le choix vous appartient, c’est-à-dire de subir ou de partir.

Si vous n’arrivez pas à réconcilier vos visions ou à suivre ces règles du jeu, il vaut parfois mieux penser à quitter le navire et à se trouver un autre capitaine.

Aussi dans Carrières :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!