Josie Desmarais De gauche à droite, Mylène Paquette, Serge Postigo (Commissaire adjoint aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal) et Marc-André Gadoury (conseiller de ville).

Mylène Paquette a trouvé son nouveau défi. L’aventurière, qui a traversé l’Atlantique seule à la rame en 2013, se lance dans le canot à glace. «J’attendais que quelque chose pique assez ma curiosité pour me lancer dans une nouvelle aventure, a expliqué Mme Paquette en entrevue avec Métro. Je rêvais de faire du canot à glace depuis longtemps. Ça me permet de marier mon amour du fleuve, de l’hiver et des sensations fortes.»

Non seulement Mme Paquette participera-t-elle au Défi canot à glace de Montréal, mais elle représentera la métropole pendant l’événement. Elle a été nommée capitaine de l’équipe VIVE MONTRÉAL 375, un groupe spécialement formé pour
souligner le 375e anniversaire de la ville.

Le défi, qui en sera à sa cinquième année d’existence, aura lieu les 11 et 12 février en plein cœur du Vieux-Port de Montréal.

Canot à glace
Une équipe de canot à glace est composée de cinq personnes, quatre canotiers (les rameurs) et un barreur (qui dirige le bateau). Toutes ces personnes travaillent ensemble pour faire avancer l’embarcation parfois à la rame, parfois à la «trottinette» (quand toute l’équipe descend du canot pour le faire glisser sur la glace).

Bref, tout le monde doit travailler de concert, ce qui a tout de suite séduit Mme Paquette. «C’est différent de ma dernière aventure, où mon travail d’équipe se limitait à la communication avec mon équipe au sol. Le côté historique de l’activité m’a aussi plu», a-t-elle indiqué.

La pratique du canot à glace remonte en effet au XVIIe siècle, selon le site de l’Association des coureurs en canot à glace. À l’époque, il s’agissait d’un des seuls moyens de traverser le fleuve Saint-Laurent entre Québec et Lévis. Le canot à glace a éventuellement été remplacé, mais s’est transformé en activité sportive.

Aussi dans Sports :

blog comments powered by Disqus