MONTRÉAL – La Ligue américaine de hockey pourrait faire ses choux gras d’un lock-out dans la LNH.

Le président de la LAH, Dave Andrews, ne prie certes pas pour le déclenchement d’un conflit de travail dans la grande ligue. Mais il sait très bien que cela signifierait un afflux de joueurs de talent, une forte augmentation des assistances et une plus grande attention des médias.

C’est ce qui est arrivé pendant le lock-out de la LNH qui a provoqué l’annulation de toute la saison 2004-05, lorsque de jeunes joueurs vedettes comme Jason Spezza, Eric Staal, Michael Cammalleri, Patrice Bergeron et Dustin Brown se sont retrouvés dans la Ligue américaine.

La ligue avait alors enregistré un record d’assistance qui a dépassé sept millions de spectateurs pour la saison, incluant les séries éliminatoires.

«Je ne dirais pas que nous anticipons impatiemment un arrêt de travail, a déclaré Andrews cette semaine. Les meilleurs intérêts de ce sport dépendent des activités de la LNH.

«Mais si nous en arrivons là, nous profiterons d’une plus grande couverture médiatique en Amérique du Nord et en Europe et nous aurons une plus grande présence à la télévision au Canada et aux États-Unis. Ça crée des opportunités de revenus que nous n’avons pas habituellement.»

L’un des rares sujets sur lequel la LNH et l’Association des joueurs se sont entendus cette semaine, c’est sur le mécanisme visant à céder des joueurs dans la Ligue américaine en cas de lock-out.

Les joueurs qui seront assignés à la Ligue américaine n’auront pas à être soumis au ballottage s’ils sont rappelés trois jours avant la reprise des activités dans la LNH.

Cette mesure touche également les joueurs qui détiennent des contrats à deux paliers.

Il reste à voir combien de jeunes joueurs vedettes qui en sont à leur premier contrat professionnel et qui n’ont pas besoin d’être soumis au ballottage seront assignés aux club-écoles pour poursuivre leur développement pendant la durée du lock-out.

Les Barons d’Oklahoma City en profiteraient certainement si les Oilers d’Edmonton décident de leur céder Ryan Nugent-Hopkins, le premier choix de 2011, et Taylor Hall, premier choix en 2010.

Ce sera aux clubs de décider si un séjour dans la LAH en vaut la peine pour certains de ceux qui y sont admissibles — comme Jordan Eberle à Edmonton, Jeff Skinner en Caroline ou Adam Henrique au New Jersey — des joueurs qui semblent déjà bien établis dans la LNH.

Des décisions devront aussi être prises dans le cas de joueurs comme Tyler Seguin des Bruins de Boston, Erik Gudbranson des Panthers de la Floride, Jared Cowen des Sénateurs d’Ottawa, Nazem Kadri et Jake Gardiner des Maple Leafs de Toronto, Louis Leblanc du Canadien et Zack Kassian des Canucks de Vancouver.

Les Blue Jackets ont déjà cédé l’attaquant de 20 ans Ryan Johansen, quatrième choix au repêchage 2010, à son club de la LAH.

Andrews soutient que jouer dans la Ligue américaine s’est avéré une bonne chose pour certains jeunes joueurs pendant le dernier lock-out. Ils ont obtenu une année supplémentaire de développement tout en jouant au sein des premiers trios et d’évoluer en avantage et désavantage numérique, au lieu de se contenter d’un rôle limité dans la LNH.

«Je dirais que ç’a beaucoup contribué à leur confiance et ça les a aidés à leur retour dans la LNH la saison suivante», a-t-il dit.

Les équipes juniors pourraient également en bénéficier. Ces quelques joueurs qui font le saut directement du junior à la LNH chaque année resteront probablement avec leurs clubs juniors. Cela avait été le cas la dernière fois, quand des joueurs talentueux comme Ryan Getzlaf, Shea Weber et Mike Richards ont passé une saison supplémentaire dans le junior.

Cette fois, ce pourrait être le cas d’espoirs comme Jonathan Huberdeau, des Panthers de la Floride, et de Mark Scheifele, des Jets de Winnipeg. Les deux ont 19 ans.

Parmi les joueurs repêchés en juin dernier qui auraient pu faire le saut directement, on note le défenseur Ryan Murray, des Silvertips d’Everett, deuxième choix des Blue Jackets, l’attaquant Alex Galchenyuk, du Sting de Sarnia, réclamé au troisième rang par le Canadien, ou Dougie Hamilton, des IceDogs de Niagara, un espoir des Bruins.

Nail Yakupov, le premier choix des Oilers en juin, n’a pas fait connaître ses intentions s’il demeurera avec Galchenyuk à Sarnia ou s’il tentera de se trouver du travail dans la KHL advernant un lock-out.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!