En cas de victoire électorale en novembre prochain, Projet Montréal s’engage à créer une police anti-congestion afin d’améliorer la circulation dans la métropole.

«La congestion n’est pas un problème pris au sérieux par l’administration sortante», a clamé lundi matin Valérie Plante, chef de l’opposition officielle.

La candidate de Projet Montréal à la mairie de Montréal s’appuie sur un sondage Léger commandé par son parti en juin dernier et partiellement dévoilé début août. Celui-ci indique que 61% des sondés se montrent «insatisfaits» «de la gestion des travaux routiers par le maire actuel». Seulement 32%, dont une majorité de 55 ans et plus (38% contre 28% pour les 18-34 ans) sont globalement «satisfaits» par la politique menée par Denis Coderre sur ce sujet.

Une ligne téléphonique
Pour «débloquer Montréal», Valérie Plante compte mettre en place une «police anticongestion», composée de policiers et de civils, qui serait amenée à effectuer des interventions d’urgence et de patrouiller sur l’ensemble du réseau routier.

Cette unité, a expliqué l’opposition, pourrait s’appuyer sur les outils du Centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU), l’autorité en charge de la circulation, qui verrait notamment ses moyens être augmentés avec l’apport de nouvelles caméras de circulation (près de 500 actuellement).

La conseillère de Ville-Marie propose également la création d’une ligne téléphonique dédiée aux citoyens «pour savoir ce qu’ils se passent sur le terrain plutôt que d’appeler un chroniqueur de la circulation à la radio.»

La ligne rose de retour
Enfin, Valérie Plante veut «sévir» en concertation avec la police, les responsables des arrondissements et la Ville, contre les «chantiers fantômes où des cônes bloquent une rue, mais personne ne travaille dessus», a-t-elle indiqué.

Vœu de campagne électorale lors de sa course à la chefferie de Projet Montréal, l’élue a aussi remis en avant son projet de ligne rose de métro, qui permettrait «de se rendre de Lachine à Montréal-Nord et d’arriver plus rapidement au centre-ville.»

«Cette ligne diagonale va désengorger la ligne orange», a-t-elle encore soutenu, sans toutefois mentionner d’échéancier.

«Important de miser sur les citoyens»
Experte en gestion de circulation, Caroline Arnouk voit cette initiative d’un bon œil. «Il est important de miser sur l’expérience des experts, mais aussi sur les grands usagers de la route, comme les transporteurs et les citoyens», souligne la fondatrice de Technologie OPA, un logiciel capable de gérer les chantiers de construction et la mobilité routière.

Cette dernière préconise notamment «une vue d’ensemble», sur plusieurs années, mais également un travail en collaboration avec les entreprises «pour changer des heures de travail afin de décongestionner le réseau routier aux heures habituelles», assure-t-elle.

«Il y a beaucoup de travail à faire pour améliorer la circulation et on n’y arrivera pas sans une meilleure communication, reprend Caroline Arnouk. Il faut arrêter de travailler en silo et avoir une administration capable de s’élever et de planifier, en avance, ce qu’il va se passer sur les grands axes routiers.»

Montréal vit une année record en termes de travaux. Sur l’ensemble de l’année 2017, la Ville compte retaper 290 km de chaussées, contre 198 km en 2016, et pas moins de 550 km de rues, égouts ou encore de voies cyclables (29% de plus qu’en 2016).

Afin d’améliorer la circulation sur le territoire montréalais, Denis Coderre avait recruté fin avril Pierre Lacasse, un ex-chroniqueur à la circulation. Surnommé «Monsieur Fluidité» par le maire, ce dernier avait néanmoins été renvoyé par la Ville en juillet. «L’expérience n’a pas été concluante», avait simplement indiqué l’administration.

Sur son site internet, la Ville propose néanmoins de connaître l’état des principaux chantiers sur son territoire. L’ensemble des travaux n’y est cependant pas toujours mentionné. Une ligne téléphonique info-travaux existe également en composant le 514 872-3777.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!